Mardi, 20 févr. 2018 - 5 of Adar, 5778

La European Jewish Association (EJA) entame une procédure auprès de la Cour Constitutionnelle de Pologne pour contester le projet de loi controversé sur l’Holocauste

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

BRUXELLES—La European Jewish Association (EJA), une organisation représentant des communautés juives à travers l’Europe, va entamer une procédure devant la Cour constitutionnelle polonaise pour contester le projet de loi controversé sur  l’Holocauste, après la décision du président polonais Andrzej Duda de le signer, a annoncé mardi son directeur général, le rabbin Menachem Margolin.

La législation polonaise votée par le Sénat criminaliserait les accusations de complicité polonaise dans l’Holocauste. En dépit des demandes des organisations juives, le président polonais a declaré qu’il signerait le projet de loi, affirmant dans une allocution télévisée que la législation garantirait la ‘’dignité et la vérité historique’’ de la Pologne.

Le rabbin Margolin a déclaré : ‘’C’est avec un profond regret que le président de la Pologne, ignorant clairement les préoccupations des juifs européens et de la communauté internationale, a décidé de signer ce projet de loi profondément erroné. Nous avions exhorté le président Duda à différer toute décision finale de ratification de la législation au moins jusqu’à une rencontre avec une délégation de dirigeants juifs. Il a décidé, bizarrement, que ce n’est pas nécessaire. “

“En conséquence, l’EJA va – comme nous l’avons fait avec succès dans le passé lorsqu’il s’agissait des tentatives d’interdire l’abattage rituel – présenter cette affaire devant la Cour constitutionnelle de Pologne”, a ajouté le dirigeant juif.

Rabbin Menachem Margolin avait précédemment contesté devant la même Cour Constitutionelle  une législation polonaise affectant La shechita, obtenant son annulation.

Le président polonais Andrzej Duda a décidé de signer l nouvelle législation

Appel aux institutions de l’UE à réprimander le gouvernement polonais

Il a également écrit aux responsables de toutes les institutions de l’UE leur demandant de ‘’réprimander le gouvernement polonais’’.

‘’Il semble inconcevable qu’un État membre de l’UE puisse être autorisé à blanchir l’histoire en imposant une législation draconienne qui peut emprisonner des personnes pour avoir une autre vision de ce qui s’est passé pendant les jours les plus sombres de l’Europe”, a-t-il déclaré.

 “Le projet de loi, tel qu’il est actuellement formulé, représente la pire sorte de révisionnisme historique, est une agression et une insulte à la mémoire des personnes assassinées pendant l’Holocauste et constitue une attaque directe contre la liberté d’expression et la liberté d’opinion’’, a conclu Margolin.

Share.

About Author

Leave A Reply