Mercredi, 28 sept. 2022 - 3 of Tishri, 5783

‘Les roquettes du Jihad islamique palestinien ont tué plus de civils à Gaza que les frappes israéliennes’

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Près d’un tiers des Palestiniens qui ont péri dans la dernière flambée de violence entre Israël et les militants de Gaza pourraient avoir été tués par des roquettes tirées par la partie palestinienne, selon une évaluation militaire israélienne qui semble cohérente avec les rapports indépendants de l’Associated Press “, a écrit AP dans un tweet lundi dernier, un jour après qu’un cessez-le-feu ait été convenu dans le conflit entre Israël et le Jihad islamique palestinien (JIPA) avec la médiation de l’Egypte.

”Ce tweet d’Associated Press n’a pas pour but de justifier, de minimiser ou de relativiser les actions ou les souffrances dans le conflit actuel à Gaza”, a ajouté l’agence de presse.

”Nous le partageons car les pertes ”rétroactives” causées par le Jihad islamique ont été soit omises, soit sous-estimées. Nous vous encourageons à regarder la vidéo de notre briefing d’hier, dans l’espoir d’ajouter une perspective sur le Jihad islamique.”

L’armée israélienne a déclaré que 47 Palestiniens ont été tués au cours des trois jours de combat – au moins 14 d’entre eux par des roquettes tirées par le Jihad islamique qui ont manqué leur cible.

Aucune personne à Gaza ayant une connaissance directe des explosions en question n’a souhaité en parler publiquement, selon l’Associated Press. ”Mais des images télévisées en direct ont montré des roquettes tombant à court dans des quartiers résidentiels densément peuplés. Et les visites de l’AP sur les sites de deux explosions qui ont tué un total de 12 personnes ont renforcé les soupçons selon lesquels elles ont été causées par des roquettes qui ont dévié de leur trajectoire”.

Lors d’une émission en direct le 7 août, la télévision libanaise Mayadeen TV a filmé une roquette palestinienne du Jihad islamique qui a raté sa cible et est tombée dans un quartier de Gaza. On peut entendre le correspondant dire au caméraman de détourner la caméra.

Selon l’Associated Press, le Hamas a imposé, puis retiré, de vastes restrictions aux journalistes étrangers travaillant dans la bande de Gaza à la suite du conflit. Ces restrictions comprenaient une interdiction de couvrir les roquettes du PIJ qui tombent à terre à Gaza et font des blessés et des morts, ainsi qu’une règle générale exigeant que Jérusalem soit tenue pour responsable de la dernière escalade, selon le rapport.

La violence a commencé vendredi, lorsqu’Israël a lancé une vague de frappes aériennes préventives contre le Jihad islamique palestinien, le deuxième groupe terroriste de la bande de Gaza, en raison de ce que les FDI ont décrit comme une menace imminente pour les civils israéliens vivant près de la frontière de Gaza. Un commandant supérieur du PIJ a été tué ainsi que plusieurs de ses agents qui planifiaient l’attaque.

”Grâce à nos renseignements, nous savions qu’ils avaient des plans concrets pour mener une attaque contre des civils israéliens près de la frontière avec Gaza. Nous avons vu que cette menace était imminente. C’est pourquoi, vendredi après-midi (5 août), nous avons mené des frappes préventives contre ces personnes spécifiques qui ont planifié cette attaque contre nos civils”, a déclaré un responsable israélien.’

‘L’opération avait deux objectifs principaux : défensif, pour protéger les citoyens d’Israël du barrage de roquettes et offensif : pour endommager les capacités militaires du PIJ par des frappes avec des armes guidées précises visant les stockages d’armes, les lanceurs de roquettes et les installations de production.” ”C’est le devoir fondamental d’un pays de prévenir de telles attaques et de protéger ses citoyens.”

Au moment où un cessez-le-feu a pris effet dimanche soir, le PIJ, un groupe terroriste soutenu et financé par l’Iran, avait tiré 1170 roquettes et mortiers sur le sud et le centre d’Israël depuis Gaza, et l’aviation israélienne avait frappé des dizaines de cibles terroristes présumées. ”Sur le nombre total de roquettes tirées, 20% d’entre elles, soit 180 pour être précis, ont atterri dans la bande de Gaza, faisant des victimes parmi la population”, a déclaré le responsable israélien. Selon lui, plus de civils de Gaza ont été tués par les roquettes du PIJ que par les frappes israéliennes.

Israël a revendiqué la victoire en partie parce qu’il a tué deux commandants supérieurs du PIJ et parce qu’aucun Israélien n’a été tué ou gravement blessé.

Le système Iron Dome a intercepté 97 % des roquettes lancées par le groupe terroriste.

Les frappes aériennes ont également endommagé les capacités du PIJ, en détruisant des lance-roquettes et leurs installations de production. ”Nous avons endommagé les capacités militaires du PIJ avec des dommages collatéraux minimes et des pertes civiles limitées. Chaque victime civile est une tragédie et elle a fait l’objet d’une enquête. Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour les éviter, mais il y a eu des lancements de roquettes depuis des cours d’école ou des appartements et il est presque impossible de ne pas faire de dégâts”, a déclaré le responsable.

Il a noté que, comme le montre une vidéo publiée sur les médias sociaux, plusieurs frappes aériennes contre des commandants du PIJ ont été retardées lorsque les FDI ont découvert la présence d’un seul civil à proximité de la cible (voir la vidéo ci-dessous).

Le Jihad islamique palestinien est une organisation plus ancienne que l’autre groupe terroriste, le Hamas, qui gouverne la bande de Gaza. C’est une organisation très radicale et dangereuse qui n’aspire pas à devenir le dirigeant d’un territoire palestinien, contrairement au Hamas”, a expliqué Kobi Michael, chercheur à l’Institut d’études de sécurité nationale (INSS) de Tel Aviv, lors d’une réunion d’information en ligne pour les journalistes organisée par l’association Europe Israel Press lundi. ”Leur seul agenda, leur raison d’être, est de mener la résistance armée contre Israël.”

Depuis la dernière décennie, il est devenu un pur mandataire de l’Iran. Le chef du PIJ, Ziyad Nakhalah, était (et est toujours) à Téhéran pendant les trois jours de l’opération israélienne contre le groupe. Bien qu’il s’agisse d’un groupe sunnite, la théocratie chiite iranienne l’utilise (ainsi que l’autre groupe sunnite de Gaza, le Hamas) comme outil pour déstabiliser le Moyen-Orient et attaquer Israël.

Malgré ces similitudes, il est important de souligner les différences entre les deux groupes : le Hamas, qui dirige Gaza depuis qu’il a pris le pouvoir il y a quinze ans après une prise de pouvoir militaire au cours de laquelle des dizaines de Palestiniens du Fatah ont été tués, est une organisation terroriste mais aussi un mouvement politique, social et religieux. Son objectif immédiat est de vaincre le Fatah et de prendre le contrôle de l’Autorité palestinienne qui dirige la Cisjordanie. Le PIJ n’a pas de telles aspirations et correspond davantage au schéma traditionnel d’une organisation terroriste. Il a été fondé au début des années 80, tandis que le Hamas a été créé plus tard. Ces dernières années, dans le sillage de la faiblesse de l’Autorité palestinienne, le PIJ s’est renforcé en Cisjordanie – surtout dans la partie nord – et a été responsable d’une vague d’attaques terroristes contre des Israéliens.

Selon Kobi Michael, la raison du pourcentage élevé d’échec des tirs de roquettes est que ”la capacité technique du PIJ est bien inférieure à celle du Hamas ou du Hezbollah. ”Les roquettes qu’ils produisent sont de faible qualité”, a-t-il dit. ”Celles qui ont atteint des distances de 80 à 100 kilomètres en territoire israélien n’ont pas été fabriquées par le PIJ mais sont de fabrication iranienne et ont été introduites à Gaza par le Sinaï et les routes maritimes”, a-t-il ajouté.

Le Hamas, qui est la principale organisation contrôlant Gaza, est resté à l’écart du conflit et n’y a pas participé activement. ”C’est un signe fort pour montrer à quel point ils ont compris que c’était le résultat des décisions du PIJ qui étaient mauvaises pour le peuple palestinien de Gaza. C’est pourquoi nous attendons du Hamas qu’il contrôle Gaza et qu’il exerce un contrôle beaucoup plus étroit sur le Jihad islamique. Nous attendons du Hamas, même s’il souhaite continuer à profiter de la prospérité de l’année dernière, avec plus de 40 000 travailleurs palestiniens se rendant quotidiennement en Israël, qu’il s’assure que la situation à Gaza reste calme et stable et qu’aucune menace ne pèse sur les civils israéliens de l’autre côté de la frontière”, a souligné le responsable israélien.

Un jour après l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, Israël a rouvert le passage commercial de Keren Shalom entre Israël et Gaza pour permettre aux camions transportant du carburant et d’autres biens vitaux d’entrer dans la bande. ”Nous sommes allés améliorer la vie des deux millions de personnes vivant à Gaza de plusieurs manières, eau, électricité, égouts, mais aussi permettre à un nombre croissant de Palestiniens de Gaza d’entrer en Israël pour travailler”, a déclaré le responsable israélien. ”Je veux souligner à quel point la situation est compliquée puisque le Hamas, qui contrôle Gaza, appelle continuellement les Palestiniens à mener des attaques terroristes contre Israël. Mais dans le même temps, des personnes entrent en Israël pour occuper divers emplois. Bien que chacun d’entre eux fasse l’objet d’un contrôle de sécurité, il existe un risque potentiel qu’ils aient des intentions malignes.”

Share.

About Author

Leave A Reply