Mercredi, 22 mai 2024 - 14 of Iyyar, 5784

Sur le conflit israélo-palestinien, l’UE ne peut se contenter de slogans

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Ce qu’il faut faire, c’est sauver l’Autorité palestinienne de l’effondrement”, a déclaré Ehud Yaari, le principal expert israélien des affaires du Proche-Orient, à European Jewish Press.

“Josep Borrell a fait par le passé plusieurs déclarations qui font comprendre au gouvernement israélien qu’il n’est pas très utile de discuter avec lui. Vous avez de meilleures adresses à Bruxelles et dans l’UE pour discuter de ce qui peut vraiment être fait.

”J’aimerais que l’Europe comprenne que l’effort principal de l’Iran est d’obtenir l’hégémonie sur tout le Levant. Ensuite, ils s’occuperont du Golfe….”

 

”L’Union européenne ne peut pas se contenter de slogans et parfois de calomnies et chercher une solution rapide au conflit israélo-palestinien, qui n’existe malheureusement pas”, estime Ehud Yaari, éminent expert israélien des affaires du Moyen-Orient.

Parce que les Palestiniens ne sont pas prêts. C’est la racine du problème. Ils ne sont pas prêts à conclure un accord sur une solution à deux États. Et ils nous disent : soit nous obtenons un État gratuitement, comme à Gaza en 2005, sans aucun accord ni concession de leur part, soit nous continuerons à tomber dans les bras d’Israël. Ils nous menacent d’une solution à un seul État, ce qui n’est pas une solution”, a-t-il déclaré à European Jewish Press (EJP).

Yaari, qui était à Bruxelles et à Londres pour des réunions d’information organisées par l’Association de la presse Europe-Israël (EIPA), est convaincu que “ce qu’il faut faire, c’est sauver l’Autorité palestinienne”. Cela ne commence pas par un nouveau cycle de négociations qui ne mènera nulle part, mais par un effort combiné de l’UE, des Etats-Unis, des autres Etats donateurs et d’Israël, avec l’aide des Etats du Golfe, pour réparer l’Autorité palestinienne qui est en train de s’éteindre lentement, de s’effondrer. Pour ce faire, les États donateurs doivent demander au président de l’AP, Mahmoud Abbas, de nommer un gouvernement qui s’occupera des besoins réels de la population en matière d’économie et de services sociaux et qui réformera les agences de sécurité de l’AP, qui sont en faillite totale, en échange de l’aide financière israélienne. Mais aussi qu’Israël arrête l’expansion des colonies en Cisjordanie, qu’il mette un terme à d’autres initiatives, qu’il restreigne les éléments radicaux parmi les colons et qu’il révise l’accord économique, ce qu’on appelle les Accords de Paris, dans l’intérêt des Palestiniens.

” C’est la chose immédiate à faire, sinon nous pourrons parler de slogans et de résolutions du conflit d’ici à l’éternité, cela ne nous mènera nulle part”, a-t-il ajouté.

Interrogé sur la manière dont le Haut représentant de l’UE pour la politique étrangère, Josep Borrell, peut traiter du conflit israélo-palestinien avec les ministres des Affaires étrangères de l’UE alors qu’il ne s’est jamais rendu en Israël depuis sa nomination en 2019, M. Yaari a mentionné le fait qu”’il a fait dans le passé plusieurs déclarations qui font comprendre au gouvernement israélien qu’il n’est pas très utile de discuter avec lui”. ”Vous avez de meilleures adresses à Bruxelles et dans l’UE pour discuter de ce qui peut vraiment être fait.”

Et de poursuivre : “Lorsque M. Borrell aborde le conflit israélo-palestinien, il reste au pays des rêves et des slogans….Ce n’est pas utile. Cela nuit à toute possibilité de progresser sur le terrain, politiquement et autrement. Israël a donc pratiquement rayé M. Borrell de la liste des partenaires potentiels pour des actions sérieuses.

En ce qui concerne l’Iran, qui semble avoir été enhardi par les récents développements tels que les rapports sur les discussions indirectes avec les États-Unis sur un éventuel accord nucléaire ou le rapprochement avec les États du Golfe, Yaari pense que “l’Europe en général – car tous les États membres ne sont pas identiques – ne comprend pas que, bien que le problème nucléaire soit crucial, le principal problème avec l’Iran est son effort réussi pour obtenir la prédominance dans tout le Levant”.

Elles sont déjà présentes en Irak, en Syrie et au Liban. Et je pense que l’UE néglige la nécessité d’aider la Jordanie à se protéger des milices mandataires iraniennes. Je pense qu’un accord avec l’Iran ne sera pas un accord officiel, mais une entente entre les États-Unis et M. Mora (le médiateur de l’UE dans les pourparlers sur la question nucléaire). Il obligera les Iraniens à s’arrêter là où ils sont. Il ne les ramènera pas en arrière. Mais, contrairement à beaucoup de mes compatriotes, je suis convaincu depuis longtemps que les Iraniens feront très attention à ne pas franchir la ligne rouge et à ne pas fabriquer une bombe. Et ce, pour deux raisons : s’ils le font, ils seront isolés sur la scène internationale et se verront imposer des sanctions. Cela ne les intéresse pas. Et s’ils ont une bombe, que vont-ils en faire exactement ? La deuxième raison est que s’ils veulent une bombe, d’autres s’y mettront aussi : la Turquie d’Erdogan l’a dit, l’Égyptien Abdel Fattah Al-Sissi, Mohammed ben Salman d’Arabie saoudite, Mohammed ben Zayed des Émirats arabes unis… Ils ne seront pas seuls….”.

Je souhaite que l’Europe comprenne que l’effort principal de l’Iran est d’obtenir l’hégémonie sur tout le Levant. Ensuite, ils s’occuperont du Golfe….Ils ont décidé que ce serait d’abord le Levant en profitant de la guerre civile en Syrie, de l’effondrement du Liban et de la majorité chiite en Irak pour s’en emparer à des degrés divers. Cette offensive iranienne doit être stoppée. La façon de l’arrêter : d’abord à la frontière de la Jordanie, sinon je pense que la Jordanie tombera, et ensuite empêcher les Iraniens de prendre le dessus parmi les Palestiniens”.

Commentateur sur Channel 12, la chaîne de télévision la plus regardée en Israël, Ehud Yaari estime que la principale menace qui pèse aujourd’hui sur Israël est la tentative de la coalition gouvernementale de changer la nature de la démocratie israélienne et de soumettre le système judiciaire de manière à ce que la Cour suprême soit en quelque sorte contrôlée par le gouvernement.

C’est inacceptable et cela peut conduire à une division très dangereuse parmi les Israéliens. S’ils poursuivent ce plan, et je pense qu’ils ne le feront pas, nous pourrions assister à une situation de désobéissance civile en Israël, à des manifestations massives dans les rues, et c’est là le principal danger.

Mais il considère également que le projet de l’Iran d’entourer Israël d’un cercle de feu et d’un arsenal de missiles constitue une menace majeure. Tous leurs mandataires sont payés par l’Iran et commandés par des officiers du CGRI. Je viens de recevoir un rapport fiable selon lequel les Iraniens construisent actuellement une nouvelle base juste au sud de Damas… Israël a réussi à détruire quelque 80 ou 90 % de l’investissement militaire iranien en Syrie. Mais cela ne les arrête pas… Il s’agit d’un problème permanent et je pense que le gouvernement israélien devait être plus proactif au cours de la dernière décennie pour l’arrêter. Notre gouvernement et notre état-major ont été trop prudents. Mais à partir de maintenant, nous pourrions être plus déterminés à déjouer leurs tentatives. Si, par exemple, le président syrien Assad les laisse s’infiltrer militairement et installer une sorte de machine de guerre sur son territoire, nous devrions menacer le régime Assad. Nous ne l’avons pas fait jusqu’à présent….”

Ehud Yaari est membre de l’Institut de Washington pour la politique du Nord-Est. Il est l’auteur de huit ouvrages sur le conflit israélo-arabe et a reçu de nombreux prix de journalisme pour sa couverture médiatique du Moyen-Orient au cours des deux dernières décennies. Il contribue régulièrement au New York Times, au Wall Street Journal, au Washington Post, à Foreign Affairs et à Atlantic.

Share.

About Author

Leave A Reply