Samedi, 20 juil. 2024 - 14 of Tammuz, 5784

La Chine négocie un accord entre les Iraniens et les Saoudiens : Des implications inconnues pour l’Amérique et Israël

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Alors qu’elle devient une puissance de plus en plus influente au Moyen-Orient, la Chine, en négociant un renouvellement des relations diplomatiques entre des rivaux de longue date, pourrait menacer la puissance diplomatique des États-Unis au Moyen-Orient et mettre Israël encore plus en danger.

Par JNS

Alors que la Chine négocie un accord entre ses rivaux, l’Iran et l’Arabie saoudite, ce qui pourrait constituer une plus grande menace pour Israël, le FBI a publié un nouveau rapport révélant une augmentation choquante de la haine des juifs en Amérique, bien supérieure à ses estimations précédentes.

La Chine devient une puissance de plus en plus influente au Moyen-Orient. Elle est à l’origine d’un renouvellement des relations diplomatiques entre l’Iran et l’Arabie saoudite, deux rivaux de longue date, qui pourrait menacer la puissance diplomatique des États-Unis au Moyen-Orient et mettre Israël encore plus en danger.

L’histoire des relations entre l’Arabie saoudite et l’Iran a été marquée par des conflits et des rivalités, les deux pays se disputant depuis longtemps le pouvoir et l’influence au Moyen-Orient. Les deux plus grands pays de la région sont situés de part et d’autre du golfe Persique. Il existe également des différences démographiques importantes : Les Saoudiens sont des Arabes ethniques et adhèrent à l’islam sunnite ; les Iraniens sont des Persans et des adeptes de l’islam chiite.

Les relations entre l’Arabie saoudite et l’Iran se sont détériorées après la révolution islamique iranienne de 1979. Les deux pays se retrouvent souvent dans des camps opposés dans des guerres régionales par procuration, le Yémen en étant l’exemple le plus récent. L’Arabie saoudite a souvent été attaquée par les rebelles soutenus par l’Iran au Yémen voisin, qui ont tiré des centaines de missiles et de drones armés sur l’Arabie saoudite, tuant des dizaines de civils.

La quête de l’arme nucléaire par l’Iran a encore tendu les relations entre les deux ennemis régionaux. Au-delà de la menace directe qu’elle fait peser sur Israël, la possession d’armes nucléaires par l’Iran suscite une inquiétude majeure : la crainte d’une course aux armements nucléaires dans la région. En décembre, le ministre saoudien des affaires étrangères a déclaré “Si l’Iran se dote d’une arme nucléaire opérationnelle, les jeux sont faits. L’Égypte et la Turquie sont souvent citées comme des nations régionales susceptibles de chercher à se doter d’armes nucléaires, de même que les Émirats arabes unis et l’Algérie.

En août dernier, le président chinois a effectué son premier voyage international depuis 2020 en Arabie saoudite. Cette visite a été perçue comme un signe de l’affaiblissement de l’influence américaine dans la région. L’administration Biden a insisté sur le fait que les États-Unis “n’allaient nulle part” après que le président Joe Biden a rencontré les Saoudiens le mois précédent. Une déclaration commune publiée à la suite de la visite du président a souligné la nécessité de dissuader l’Iran de s’ingérer dans “les affaires intérieures d’autres pays, de soutenir le terrorisme par l’intermédiaire de ses mandataires armés et de déstabiliser la sécurité et la stabilité de la région”.

La monarchie saoudienne s’inquiète de voir les États-Unis orienter leur stratégie diplomatique et militaire vers l’Asie au détriment de leurs efforts au Moyen-Orient pour stabiliser la région. Les Saoudiens “espéraient que les États-Unis les protégeraient, mais les Américains se sont révélés hésitants, à la suite des attaques de drones contre l’Arabie saoudite en 2019, des drones lancés contre des pétroliers et des installations pétrolières”, a déclaré un professeur d’histoire de l’université de Tel-Aviv.

La Chine est considérée comme remplissant le vide laissé par les États-Unis, qui se concentrent sur l’endiguement de l’expansion chinoise en Asie. La Chine a récemment conclu un accord sur les avions de chasse avec les Émirats arabes unis. Cet accord a été motivé par le retard pris par les États-Unis dans la vente de F-35. La Chine a également vendu des armes à l’Égypte, à l’Irak, à la Jordanie, à la Turquie, au Maroc et à l’Algérie.

Le gouvernement chinois est bien placé pour jouer un rôle stratégique dans la région à la suite de l’élargissement des relations avec les pays du golfe Persique. La Chine a signé un accord de coopération stratégique de 25 ans avec l’Iran en 2021 et, un an plus tard, un accord stratégique de six ans avec le Conseil de coopération du Golfe (Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Bahreïn, Oman, Qatar et Koweït).

Points à prendre en considération

La puissance croissante de l’Iran constitue une menace alarmante pour Israël.

Le terrorisme international de l’Iran vise continuellement Israël. Son gouvernement alimente depuis longtemps les conflits au Moyen-Orient en soutenant des groupes hostiles à Israël : Le Jihad islamique palestinien et le Hamas à Gaza et en Cisjordanie, le Hezbollah au Liban et le régime d’Assad en Syrie. Les armes nucléaires fourniraient à l’Iran une couverture lui permettant d’approfondir son expansion régionale sous la menace d’un “chantage nucléaire”. L’Iran se rapproche d’une capacité nucléaire, attaque directement Israël par le biais de la cyberguerre et cherche à creuser les divisions au sein de la société israélienne en ralliant les Arabes israéliens à sa cause. L’Iran sait qu’une frappe directe de missiles à tête nucléaire contre Israël détruirait le seul État juif du monde.

Le pouvoir de la Chine s’étend au Moyen-Orient.

Le rôle de la Chine au Moyen-Orient s’est considérablement accru ces dernières années, le pays cherchant à étendre son influence et ses liens économiques dans la région. La Chine est de plus en plus considérée comme un courtier diplomatique, se positionnant comme un médiateur entre les rivaux. L’approfondissement de ses relations avec les gouvernements s’est fait principalement par le biais de l’énergie, des infrastructures, du soutien et des investissements militaires. La Chine est le premier importateur mondial de pétrole et de gaz, et le Moyen-Orient est l’un des principaux fournisseurs de ces ressources. Elle a investi massivement dans la région et a conclu des contrats à long terme pour importer du pétrole et du gaz de pays tels que l’Arabie saoudite, l’Iran et l’Irak. La Chine a également construit des ports, des chemins de fer et des autoroutes dans des pays du monde entier dans le cadre de son initiative “la Ceinture et la Route”. La nation asiatique s’engage également dans des exercices militaires conjoints et vend des équipements militaires, ce qui diminue souvent les relations avec les États-Unis.

Les relations israélo-saoudiennes peuvent encore s’améliorer.

Un rapport récent révèle ce que les Saoudiens attendent de l’Amérique en échange de leurs liens avec Israël : Des garanties de sécurité américaines et un soutien à la mise en place de son propre programme nucléaire civil. L’Arabie saoudite et Israël n’ont commencé à nouer des liens que récemment, en grande partie en raison de leurs préoccupations communes concernant les ambitions nucléaires de l’Iran. Il y a six ans, un ministre du gouvernement israélien a révélé qu’Israël communiquait secrètement avec les Saoudiens et d’autres pays du Golfe, principalement au sujet de renseignements relatifs à l’Iran. Aujourd’hui, les Émirats arabes unis et le Bahreïn sont membres des accords d’Abraham. Dans le cadre des pourparlers de normalisation entre les Saoudiens et les Israéliens, les Saoudiens ont ouvert leur espace aérien à tous les vols israéliens. Le réchauffement des relations entre les Saoudiens et les Iraniens n’aura pas nécessairement d’incidence sur la possibilité pour l’Arabie saoudite d’adhérer aux accords d’Abraham, mais il accroît les doutes.

Les accords d’Abraham restent la clé de la paix et de la stabilité régionales.

Israël engage quatre autres nations musulmanes à étendre les accords d’Abraham : la Mauritanie, la Somalie, le Niger et l’Indonésie : La Mauritanie, la Somalie, le Niger et l’Indonésie, le pays musulman le plus peuplé. Les pays d’Afrique du Nord et d’Asie ne sont pas des voisins immédiats d’Israël, mais leur inclusion renforcerait les relations de l’État juif avec les pays islamiques. Le développement des accords sert également de contrepoids potentiel à la poursuite de l’hégémonie régionale par l’Iran, permet le développement économique et rassemble différentes nationalités à des fins pacifiques. Malgré les ramifications potentielles d’un renforcement des liens entre les Saoudiens et les Iraniens, les experts ne pensent pas qu’il y aura des ramifications négatives entre Israël, Bahreïn et les Émirats arabes unis. Il s’agit là d’une réalité régionale qui ne devrait pas changer.

Share.

About Author

Leave A Reply