Mercredi, 22 mai 2024 - 14 of Iyyar, 5784

Les accords d’Abraham sont-ils plus forts que la guerre entre Israël et le Hamas ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

“Nous voulons que tout le monde reconnaisse et accepte qu’Israël existe et que les racines des juifs et des chrétiens ne se trouvent pas à New York ou à Paris, mais ici, dans notre région. Ils font partie de notre histoire et devraient faire partie de notre avenir”, a déclaré le Dr Ali Rashid Al Nuaimi, président de la commission de la défense, de l’intérieur et des affaires étrangères du Conseil national fédéral des Émirats arabes unis.

 

”Du point de vue des Émirats arabes unis, les accords d’Abraham sont là pour rester”, a déclaré le Dr Ali Rashid Al Nuaimi, président de la commission de la défense, de l’intérieur et des affaires étrangères du Conseil national fédéral des Émirats arabes unis, qui a joué un rôle de premier plan dans les accords de 2020  qui ont normalisé les relations entre Israël et plusieurs pays arabes.

“C’est la troisième guerre à Gaza. Chaque fois qu’il se passe quelque chose à Gaza, les gens viennent nous voir et nous demandent : “Que pensez-vous des accords d’Abraham ? Allez-vous changer ? ”

”Les accords sont notre avenir. Il ne s’agit pas d’un accord entre deux gouvernements, mais d’une plate-forme qui, selon nous, devrait transformer la région et permettre à chacun de jouir de la sécurité, de la stabilité et de la prospérité”, a-t-il déclaré, alors que des rapports indiquent que l’intérêt principal de l’Iran était, et reste, d’empêcher les États-Unis de négocier une normalisation entre l’Arabie saoudite et Israël.”

”Il s’agit d’un engagement de personne à personne. C’est ce dont nous avons besoin. Nous voulons que tout le monde reconnaisse et accepte qu’Israël existe et que les racines des juifs et des chrétiens ne se trouvent pas à New York ou à Paris, mais ici, dans notre région. Elles font partie de notre histoire et devraient faire partie de notre avenir”, a ajouté le Dr Ali Rashid Al Nuaimi lors d’un briefing spécial en ligne organisé par l’Association juive européenne (EJA) en collaboration avec l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), le plus grand groupe pro-israélien aux États-Unis.

”Nous voulons changer le système éducatif et le discours religieux. Il est très important de comprendre que ce que nous faisons a des ennemis. Ces organisations terroristes ne respectent pas la vie humaine. Ne les laissons pas atteindre leurs objectifs. Aucune personne dotée de sentiments humains et de bon sens n’approuvera l’attaque terroriste barbare commise par le Hamas le 7 octobre. Personne”, a-t-il ajouté.

Il a souligné la nécessité de faire la différence entre le Hamas et le peuple palestinien. Nos ennemis en ont profité. Nous avons besoin de ceux qui croient en la paix en Europe, aux États-Unis et partout ailleurs pour contrer le discours de haine que nous voyons dans les manifestations à Paris et à Londres.

Parmi les autres intervenants, Nicola Beer, vice-présidente du Parlement européen, a souligné que les accords d’Abraham “sont un bon outil pour soutenir Israël et la paix dans la région”.

”Nous devons faire la différence entre les terroristes et le peuple palestinien. L’agresseur est le Hamas et non Israël. Nous devons lutter contre la terreur partout dans le monde”, a-t-elle déclaré.

”Nous soutenons fermement Israël et son droit à se défendre contre la terreur du Hamas. Nous comprenons également qu’à long terme, il doit y avoir la paix pour les peuples d’Israël, de Palestine et de l’ensemble du Moyen-Orient,” a-elle-ajouté.

Concernant la position de l’UE lors du vote d’une résolution sur la guerre à l’Assemblée générale des Nations Unies la semaine dernière, l’eurodéputé allemand du groupe Renew a critiqué les pays de l’UE qui ont voté en faveur d’un texte qui ne mentionnait même pas les massacres commis par le Hamas dans le sud d’Israël.

”J’aimerais que tous les pays de l’UE votent comme la République tchèque et l’Autriche qui ont voté contre”, a-t-elle déclaré.

Brad Schneider, membre démocrate du Congrès américain pour l’Illinois, coprésident et cofondateur de l’Abraham Accords Caucus et membre de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, a déclaré : “Le 7 octobre, le Hamas a commis une attaque terroriste odieuse, massacrant brutalement et barbarement 1 400 personnes. Ils ont utilisé le meurtre, la torture, le viol comme stratégie, comme objectif. Il s’agit clairement d’un crime de guerre. Il n’y a aucune justification à cette attaque. Le Hamas est une organisation vouée à la vision génocidaire de l’élimination de l’État d’Israël et de l’assassinat des Juifs. Ce que nous voyons maintenant, c’est qu’Israël prend des mesures pour sécuriser ses frontières, protéger ses citoyens et sauver les otages, ainsi que pour éliminer le Hamas du contrôle de Gaza et de la menace qu’il fait peser sur Israël”.

L’ancien vice-ministre israélien des affaires étrangères, Idan Roll, a lui insisté sur la nécessité d’obtenir le soutien total des États arabes modérés. ”Nous ne voulons pas qu’Israël, mais quelqu’un d’autre que le Hamas soit responsable de la bande de Gaza. Lorsque nous avons quitté la bande de Gaza en 2005, le Hamas a choisi de ne pas la construire ni de la développer, mais d’en faire une plaque tournante du terrorisme,” a-t-il dit.

”Lorsque nous voyons les manifestations en Europe, il ne s’agit pas d’appels à la solution à deux États, mais bien de slogans comme ”la Palestine du fleuve à la mer”, ce qui signifie qu’il n’y a plus d’Israël. Les jeunes sont manipulés. Quiconque soutient ce qui se passe en Europe soutient aussi la terreur”, a-t-il déclaré.

L’initiative conjointe EJA/AIPAC s’inscrivait dans le cadre du projet multinational de dialogue stratégique interparlementaire sur les accords d’Abraham, qui réunit des membres du Congrès des États-Unis et leurs homologues législatifs d’outre-mer.

Share.

About Author

Leave A Reply