Samedi, 25 juin 2022 - 26 of Sivan, 5782

Quels sont les pays les plus et les moins favorables à la vie juive en Europe ? Résultats étonnants d’une nouvelle étude

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Selon l’étude réalisée par le Dr Daniel Staetsky, chef de l’unité démographique des juifs d’Europe à l’Institut de recherche sur la politique juive de Londres, les pays les moins favorables à la vie juive en Europe sont la Belgique et la Pologne.

Les pays les plus favorables sont l’Italie et la Hongrie.

 

Lors de la conférence annuelle des dirigeants des communautés juives organisée par l’Association juive européenne (EJA) à Budapest lundi et mardi, une étude complète menée au cours des deux dernières années a été présentée, qui examine les performances des gouvernements européens par rapport à la vie juive dans douze pays européens. 

L’étude, menée sous la direction scientifique du Dr Daniel Staetsky, chef de l’unité démographique des juifs d’Europe à l’Institut de recherche sur la politique juive de Londres, a été formulée après consultation des dirigeants et des organisations de la communauté juive dans divers pays européens.

Elle évalue des activités pratiques telles que la lutte contre l’antisémitisme, la sécurité de la communauté juive, la liberté de religion, la culture juive et même le vote des États concernant Israël aux Nations unies.

L’étude soupèse également les données relatives aux performances des gouvernements, sur la base d’enquêtes antérieures qui analysaient le sentiment de sécurité éprouvé par les Juifs d’Europe, ainsi que le pourcentage de Juifs qui ont été personnellement victimes d’incidents antisémites et le pourcentage du public qui a des opinions négatives à l’égard des Juifs et d’Israël.

Parmi les 12 pays où vivent la plupart des Juifs en Europe, c’est en France que le sentiment de sécurité des Juifs est le plus précaire. La France est également l’un des pays qui a pris le plus de mesures nécessaires et proscrites pour assurer la pérennité de la communauté juive, ce qui devrait avoir un effet positif sur le sentiment de sécurité en aval dans les enquêtes futures.

La Belgique est le pays qui prend le moins de mesures concernant la vie juive dans le pays.

Les pays où les juifs d’Europe se sentent le plus en sécurité sont le Danemark et la Hongrie, cette dernière occupant également la première place avec le plus faible nombre de juifs victimes d’attaques antisémites, suivie de l’Italie.

Après avoir pondéré les enquêtes qui ont eu lieu ces dernières années concernant les performances des gouvernements européens, voici un classement de la qualité de la vie juive dans les pays européens.

  1. Italie
  2. Hongrie
  3. Danemark
  4. Royaume-Uni
  5. Autriche
  6. Pays-Bas
  7. Suède
  8. Allemagne
  9. Espagne
  10. France
  11. Pologne
  12. Belgique

Voici un classement des performances des gouvernements européens au profit des communautés juives des différents pays :

  1. Allemagne
  2. Autriche
  3. France
  4. Les Pays-Bas
  5. Italie
  6. Suède
  7. Hongrie
  8. Royaume-Uni
  9. Pologne
  10. Danemark
  11. Espagne
  12. Belgique

 

Commentant l’étude, le rabbin Menachem Margolin, président de l’Association juive européenne, a déclaré: “Au fil des années, nous avons vu des études importantes et diverses, et souvent divergentes, sur la vie des communautés juives. Il était difficile de traduire les résultats de ces études et enquêtes en une base de données scientifiques comparatives et encore plus difficile de déterminer, à partir des données des différentes études, une mesure objective uniforme pour améliorer réellement la vie de la communauté et de l’individu juif dans son pays.”

Le rabbin Margolin a souligné que ”le but de l’étude n’est pas d’attaquer tel ou tel gouvernement et certainement pas d’embarrasser ou de faire campagne contre tel ou tel gouvernement, mais de créer une infrastructure scientifique comparative sur la qualité de la vie juive dans divers pays européens et de permettre aux dirigeants de la communauté et aux chefs de gouvernement de savoir quelles mesures pratiques sont nécessaires pour surmonter les défis ensemble.”

En même temps, ”le fait qu’il y ait des résidents qui nous sourient dans la rue et qu’il y ait un sentiment général que le gouvernement est à l’écoute des besoins de la communauté, ou qu’il n’y ait pas d’anxiété existentielle au quotidien, ne signifie pas que l’État fait de son mieux pour assurer le développement de la communauté juive”, a-t-il ajouté.

“Par exemple, la Belgique est un pays où les habitants sont généralement satisfaits, mais quand on entre dans les détails, on voit que le pays fait le moins pour la continuation de la vie juive en Europe par rapport à tous les autres pays européens”, a déclaré le rabbin Margolin.

Le gouvernement belge, qui occupe la dernière place de l’étude, a considérablement réduit la sécurité autour des communautés juives sans même les consulter, a interdit l’abattage casher et a menacé la question de la circoncision, n’a pas nommé de coordinateur pour la lutte contre l’antisémitisme et plus encore.

Regina Sluszny, présidente du Forum des organisations juives d’Anvers s’est dite ”choquée” par les résultats de l’étude. ”Je suis née et j’ai grandi en Belgique où les gens ne savent pas ce qu’est Israël, ce qu’est vraiment un juif, ce que signifie cacher. Tout cela n’est pas assez expliqué”.

Le vice-Premier ministre hongrois Zsiolt Semjén, qui s’est adressé à la conférence de Budapest, a  “condamné la Belgique”: “Les droits des animaux ne doivent pas être placés au-dessus du droit des minorités religieuses à pratiquer librement leur religion”, a-t-il déclaré en référence à l’interdiction de l’battage rituel par deux régions en Belgique.

Selon le rabbin Margolin, le point positif est que sur les 12 pays étudiés, ils obtiennent tous un score supérieur à 60. Pas un seul pays ne se trouve dans la “zone rouge”, ce qui indique un danger tangible pour la vie de la communauté juive à court terme. Il s’agit certainement d’une infrastructure digne d’être améliorée et modernisée malgré les défis politiques et sociaux auxquels nous devons faire face”.

Joel Mergui, président du Consistoire de Paris, ville où vit la plus grande communauté juive d’Europe, s’est exprimé sur les résultats de l’enquête et a noté : “Ce sondage correspond à ce qui s’est passé hier en France avec les élections qui ont vu la montée du populisme tant de l’extrême gauche que de l’extrême droite. Malgré les mesures positives prises par le gouvernement, les Juifs français ne se sentent pas en sécurité. Nous devons combattre l’antisémitisme et l’antisionisme non seulement au niveau du gouvernement mais aussi au niveau de la population. Nous devons nommer un coordinateur national spécifiquement chargé de l’antisémitisme et pas seulement du racisme et de la xénophobie”, a-t-il déclaré.

La conférence annuelle de deux jours de l’EJA se tient dans la capitale hongroise en partenariat avec l’Association des communautés juives hongroises, avec la participation de dirigeants politiques et de dizaines de délégations des communautés juives de toute l’Europe.

Dans un discours prononcé à la conférence, le vice-premier ministre hongrois Zsolt Semjén a souligné le fait que ”la Hongrie a une tolérance zéro envers l’antisémitisme. Les leçons de l’Holocauste font partie du programme de nos écoles et le déni de l’Holocauste dans le pays est inacceptable.”

Parlant d’Israël, il a déclaré : “Nous n’aimons pas les doubles standards et bien souvent, certains membres de l’UE adoptent une politique de doubles standards lorsqu’il s’agit d’Israël, par exemple le financement d’ONG qui sont très anti-israéliennes.”

Abordant l’interdiction de l’abattage casher en Belgique, M. Semjén a déclaré : “Nous avons condamné la Belgique pour avoir interdit l’abattage rituel. Les droits des animaux ne doivent pas être placés au-dessus du droit des minorités religieuses à pratiquer librement leur religion.”

Le ministre israélien des affaires de la diaspora, Nachman Shai, qui s’est adressé aux participants à la conférence en direct de Jérusalem, a noté que : “Israël est ouvert au dialogue et à la critique équitable. Cela fait partie des interactions normales dans l’arène mondiale. Mais les expressions antisémites ou les attaques physiques qui utilisent la rhétorique anti-israélienne pour se masquer sont inacceptables et intolérables.Nous ne devons pas oublier qu’Israël a été créé par la diaspora. Nous sommes une seule famille et nous prenons soin de chaque communauté juive, grande ou petite. Nous devons travailler ensemble pour faire en sorte que les Juifs, où qu’ils vivent, aient le sentiment de faire partie de la famille juive mondiale. Cela a toujours été l’un des principaux piliers de la survie du peuple juif à travers l’histoire”.

Au cours du dîner de gala de la conférence,  le ministre de l’intérieur hongrois, Sándor Pintér, a reçu le prestigieux prix King David pour son soutien de longue date aux communautés juives de Hongrie et d’Europe.

 

Share.

About Author

Leave A Reply