Jeudi, 22 févr. 2024 - 13 of Adar I, 5784

Un dirigeant juif demande au directeur de maison de vente aux enchères de retirer de la vente des objets ayant appartenu à Hitler

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

“Il ne s’agit pas d’un appel juridique, M. Bennett, mais d’un appel moral”, a écrit le rabbin Menachem Margolin, président de l’Association juive européenne, dans une lettre adressée au directeur de la maison de vente aux enchères Bloomfield, à Belfast-Est.

L’Association juive européenne travaille au plus haut niveau des institutions européennes et des États membres pour mettre fin au commerce des souvenirs nazis.

Le dirigeant d’une organisation juive a demandé au directeur d’une maison de vente aux enchères d’Irlande du Nord de retirer de la vente deux objets ayant appartenu à Adolf Hitler, qui seront mis aux enchères en juin.

La vente comprend un crayon offert à Adolf Hitler par Eva Braun, ainsi qu’une photographie signée et encadrée d’Hitler.

Le rabbin Menachem Margolin, président de l’Association juive européenne (EJA), une organisation basée à Bruxelles qui représente des communautés juives de toute l’Europe, a écrit une lettre à Karl Bennett, directeur général de la maison de vente aux enchères Bloomfield de Belfast, dans laquelle il écrit : “Je vous écris pour vous demander respectueusement de retirer ces objets de la vente aux enchères. Il ne s’agit pas d’un appel juridique, M. Bennett, mais bien d’un appel moral”.

“Dans des commentaires qui vous sont attribués dans le journal The Guardian, vous dites : ”Mais pour moi, en tant que collectionneur haut de gamme d’objets militaires, ils préservent un morceau de notre passé et devraient être traités comme des objets historiques, même si l’histoire à laquelle ils se réfèrent a été l’une des plus sombres et des plus controversées de l’histoire enregistrée”. Nous ne comprenons tout simplement pas comment un bibelot d’amour tel qu’un crayon gravé ou une photographie signée peut constituer un objet historique d’une quelconque valeur historique inhérente”, a écrit M. Margolin.

“En Europe aujourd’hui et même au-delà, les maisons de vente aux enchères achètent et vendent au plus offrant d’autres objets tels que des montres ou des cendriers ayant appartenu à Hitler, des couverts Hermann Goring, voire du papier hygiénique de la Wehrmacht. De Munich au Maryland, la défense est la même : ces objets présentent un intérêt historique. Il n’en est rien.”

Et de poursuivre : “Qu’il n’y ait aucun doute, les objets présentant un véritable intérêt historique ont leur place dans les musées ou les lieux d’enseignement. Nous y sommes tout à fait favorables. Mais l’achat et la vente d’objets tels que les vôtres sont dangereux à plusieurs égards : ils créent un commerce macabre d’objets ayant appartenu à des meurtriers de masse, les motivations de ceux qui les achètent sont inconnues et peuvent glorifier les actions des nazis, et enfin leur commerce est une insulte aux millions de personnes qui ont péri, aux quelques survivants qui restent et aux Juifs du monde entier.

“Bien sûr, on ne peut pas comparer, mais M. Bennett, vendriez-vous le stylo qui appartenait à Robert Murphy, qui a tué 12 personnes et en a blessé 30 au restaurant LaMon, non loin de chez vous, à East Belfast ? Les maisons de vente aux enchères nous répètent sans cesse qu’Hitler se vend. C’est peut-être vrai. Mais ce qui est vendu et à qui est une question de décence publique et de responsabilité morale en fin de compte. C’est dans cet esprit de décence que je vous demande à nouveau de retirer les objets nazis de la vente aux enchères, afin d’envoyer le message que certaines choses, en particulier lorsqu’elles sont métaphoriquement imbibées de sang, ne devraient pas et ne doivent pas faire l’objet d’un commerce”.

Le rabbin Margolin a indiqué que l’Association juive européenne travaillait au plus haut niveau au sein des institutions de l’UE et au niveau des États membres pour mettre fin au commerce des souvenirs nazis

Share.

About Author

Leave A Reply