Samedi, 28 janv. 2023 - 6 of Shevat, 5783

Les États-Unis et l’Europe reprendront “bientôt” les discussions sur le JCPOA, déclare un responsable iranien

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Un “accord de principe” a été conclu avec les États-Unis et l’AIEA lors du sommet de Bagdad II à Amman, mais Washington “nous a demandé de ne pas l’annoncer officiellement”, a déclaré Javad Karimi-Ghodousi, membre du Comité de la sécurité nationale et de la politique étrangère du Majlis.

Par MEMRI via JNS

Dans une interview accordée au média iranien Asr-e Iran et publiée le 26 décembre, Javad Karimi-Ghodousi, membre de la commission de la sécurité nationale et de la politique étrangère du Majlis, a révélé ce qu’il prétend être des accords conclus en coulisses lors du sommet de Bagdad II qui s’est tenu au début du mois à Amman, en Jordanie. Parmi les participants au sommet figuraient le président français Emmanuel Macron et Josep Borrell, haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-président de la Commission européenne, qui ont tous deux rencontré le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian et son adjoint Ali Bagheri, qui dirige l’équipe de négociation iranienne dans les pourparlers nucléaires, tous deux également présents au sommet.

Lors d’une conférence de presse tenue à l’issue du sommet, M. Amir-Abdollahian a déclaré que “l’occasion s’est présentée de discuter de questions supplémentaires liées aux négociations nucléaires, lors d’une réunion de deux heures” avec son adjoint Ali Bagheri et le secrétaire général adjoint du Service européen pour l’action extérieure (SEAE), Enrique Mora, qui est également coordinateur des négociations nucléaires à Vienne, et M. Borrell. Amir-Abdollahian a ajouté : “Nous les avons informés que s’ils respectent nos lignes rouges, nous sommes disposés à prendre les mesures finales afin de parvenir à un accord.”

Selon Karimi-Ghodousi, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et les États-Unis ont accepté le principe de clore le dossier des dimensions militaires potentielles (DMP) de l’Iran et de garantir les investissements étrangers qui seront réalisés en Iran après la signature de l’accord nucléaire, de sorte que si l’accord échoue à nouveau, ces investissements ne seront pas lésés. Ce sont, selon lui, les deux principales questions qui restent en suspens dans les négociations nucléaires.

Il convient de souligner que le “dossier PMD” est l’enquête de l’AIEA sur la question des particules d’uranium enrichi trouvées dans des installations non déclarées en Iran, pour lesquelles l’Iran n’a pas donné d’explication raisonnable à ce jour.

Concernant les États-Unis et l’Europe, Karimi-Ghodousi a déclaré : “Ils acceptent également nos conditions [dans les négociations].” Il a ajouté que les Américains nous avaient “dit de ne pas l’annoncer officiellement”, et a également estimé que “selon ce qui a été dit en Jordanie, les Européens et les Américains reviendront au JCPOA. Dans les prochains jours, un dialogue entre l’Iran et les 4+1 [pays]commencera, et s’il est terminé, les Américains participeront à la re-signature [de l’accord].”

Vous trouverez ci-dessous la traduction des déclarations de Karimi-Ghodousi dans l’interview à Asr-e Iran :

Le président américain [Joe Biden] a déclaré que l’accord nucléaire [JCPOA] était mort. D’une manière générale, la République islamique [d’Iran] ne ferme pas la porte aux négociations – pas seulement sur la question de l’accord nucléaire, mais sur toutes ses questions, car la logique de la République islamique est celle du dialogue.

Dans tous les domaines, nous sommes prêts à négocier avec les pays du monde qui ont un statut officiel, à l’exclusion, bien sûr, du régime sioniste. Le régime sioniste est la seule exception. Nous sommes prêts à négocier avec l’Amérique dans le cadre des [négociations] nucléaires.

Depuis la dernière réunion en Jordanie [en marge du sommet de Bagdad II], il est évident que la porte des négociations sur l’accord nucléaire n’est pas fermée. Le gouvernement [de l’Iran]n’a pas l’intention de laisser le dossier de l’accord nucléaire dans les archives, et il a l’intention de poursuivre [les négociations nucléaires].

Les Américains ont été punis après les troubles [c’est-à-dire les manifestations antigouvernementales en Iran, et] les Européens ont été punis [également] – ils pensaient que ces émeutes leur apporteraient des résultats [c’est-à-dire qu’elles feraient pression sur le régime iranien] afin qu’ils puissent négocier dans les négociations [nucléaires].

Globalement, deux questions restent en suspens dans les négociations nucléaires – les autres ont déjà été convenues avec les Européens et les Américains. [Premièrement, la conclusion de la question de la dimension militaire potentielle de l’activité nucléaire de l’Iran et les réclamations de l’AIEA à ce sujet, et deuxièmement, la garantie des investissements étrangers qui seront effectués en Iran après l’accord, qui seront entièrement réalisés, et que si l’accord [nucléaire] échoue, ils [ces investissements]ne seront pas [révoqués] à nouveau. Il s’agissait des deux questions en suspens, et les Européens et les Américains ont presque donné le feu vert à la résolution de ces deux problèmes. En d’autres termes, l’AIEA a déclaré que nous allions résoudre et clore le dossier. Les Américains ont également déclaré qu’ils garantissaient les investissements étrangers, mais ils nous ont demandé de ne pas l’annoncer officiellement.

La “guerre conjointe” [terme utilisé par le régime iranien pour désigner les troubles anti-régime dans le pays]était censée avoir lieu après la signature de l’accord, c’est-à-dire qu’après nous avoir fait taire sur la question nucléaire, ils reviendront à la charge et utiliseront les violations des droits de l’homme comme base [de leurs revendications contre le régime]et iront dans le sens de l’accord nucléaire n° 2, [y compris les accords sur les missiles iraniens]et l’expansion régionale. Après les émeutes, ils ont les mains vides. C’est-à-dire qu’ils ont apporté sur le terrain tout ce qu’ils avaient et n’avaient pas, et ils ont été vaincus.

Je crois que, conformément à ce qui a été dit en Jordanie, les Européens et les Américains reviendront sur l’accord nucléaire. Dans les prochains jours, un dialogue entre l’Iran et les 4+1 [pays]va commencer, et s’il est terminé, les Américains pourront participer et resigner [l’accord]. Le gouvernement [du président iranien Ebrahim Raisi]veut relancer l’accord nucléaire, et [l’Europe et l’Amérique] acceptent également nos conditions.”

Cet article a été publié pour la première fois par le Middle East Media Research Institute.

Share.

About Author

Leave A Reply