Mercredi, 8 déc. 2021 - 4 of Tevet, 5782

11 pays de l’UE, dont la Pologne, demandent instamment à Israël de revenir sur sa décision d’avancer les plans de construction de 3 000 logements en Judée et Samariedanie

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

”Nous réitérons notre ferme opposition à sa politique d’expansion des colonies dans les territoires palestiniens occupés, qui viole le droit international et sape les efforts en faveur d’une solution à deux États”, peut-on lire dans la déclaration publiée par les porte-parole des ministères des affaires étrangères de Belgique, du Danemark, de Finlande, de France, d’Allemagne, d’Irlande, d’Italie, des Pays-Bas, de Norvège, de Pologne, d’Espagne et de Suède.

Le ministre britannique du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, James Cleverly, a également publié une déclaration disant : ”Nous demandons instamment au gouvernement d’Israël d’annuler les décisions prises les 24 et 27 octobre d’avancer la construction d’unités de peuplement en Cisjordanie et à Jérusalem-Est occupées. Les colonies sont illégales au regard du droit international et constituent un obstacle à la paix et à la stabilité.”

Onze pays de l’UE et le Royaume-Uni ont publié une déclaration exhortant le gouvernement israélien à revenir sur sa décision de faire avancer les plans de construction d’environ 3 000 logements dans les implantations en Judée et Samarie (la Cisjordanie).

”Nous réitérons notre ferme opposition à sa politique d’expansion des colonies dans les territoires palestiniens occupés, qui viole le droit international et sape les efforts en faveur d’une solution à deux États”, peut-on lire dans la déclaration publiée par les porte-parole des ministères des affaires étrangères de Belgique, du Danemark, de Finlande, de France, d’Allemagne, d’Irlande, d’Italie, des Pays-Bas, de Norvège, de Pologne, d’Espagne et de Suède.

”Nous appelons les deux parties à s’appuyer sur les mesures prises ces derniers mois pour améliorer la coopération et réduire les tensions. Nous réitérons notre appel à mettre en œuvre la résolution 2334 des Nations Unies avec toutes ses dispositions, dans le but de rétablir la confiance et de créer les conditions nécessaires à la promotion de la paix”, ajoute la déclaration.

Le ministre britannique du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, James Cleverly, a également publié une déclaration disant : ”Nous demandons instamment au gouvernement d’Israël d’annuler les décisions prises les 24 et 27 octobre d’avancer la construction d’unités de peuplement en Cisjordanie et à Jérusalem-Est occupées. Les colonies sont illégales au regard du droit international et constituent un obstacle à la paix et à la stabilité.”

La déclaration des onze pays de l’UE est intervenue un jour après que le Conseil suprême de planification de l’administration civile a approuvé les plans de construction de 3 130 logements dans la zone C de Judée et Samarie. Dans le même temps, la construction de plus d’un millier d’unités de logement pour les Palestiniens de la zone C a été approuvée.

Le Jerusalem Post a noté en particulier la participation de la Pologne au groupe de onze pays de l’UE condamnant les plans approuvés mercredi. ”Cela marque un changement de position. Cette décision intervient après la promulgation par Varsovie d’une loi rendant pratiquement impossible la restitution des biens aux survivants de l’Holocauste et à leurs descendants. Israël a vivement critiqué la nouvelle loi, et les pays ont retiré leurs ambassadeurs”, écrit le journal.

La participation de la Suède intervient quelques jours après la visite en Israël de la ministre suédoise des Affaires étrangères, Ann Linde, et un dégel des liens entre les deux pays après des années de relations tendues suite à la reconnaissance par Stockholm d’un État palestinien.

Mardi, l’administration Biden a déclaré qu’elle s’opposait fermement aux plans d’Israël. “Nous sommes profondément préoccupés par le projet du gouvernement israélien d’avancer des milliers d’unités de colonisation demain, mercredi, dont beaucoup en profondeur en Cisjordanie”, a déclaré le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, aux journalistes lors d’un point de presse.

“Nous nous opposons fermement à l’expansion des colonies, qui est totalement incompatible avec les efforts visant à réduire les tensions et à assurer le calme, et qui nuit aux perspectives d’une solution à deux États”, a-t-il déclaré.

M. Price a ajouté que les États-Unis continuaient à faire part de leur point de vue sur la question directement aux hauts responsables israéliens.

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett s’était jusqu’alors abstenu d’annoncer de nouvelles constructions en Judée et Samae colonies depuis son entrée en fonction en juin, alors qu’il cherchait à apaiser les tensions avec Washington.

 

Share.

About Author

Leave A Reply