Samedi, 25 sept. 2021 - 19 of Tishri, 5782

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Ses propos ont suscité des réactions de colère sur les réseaux sociaux. ”Oser remettre en cause la décision des familles des victimes juives de Toulouse qui ont enterré leurs morts en Israël, au nom de leur nationalité française, est méprisable. La comparer à la famille de l’assassin est infâme. L’Ordre nouveau de Zemmour fait froid dans le dos?44 a écrit Philippe Meyer, président du B’nai B’rith France, sur Facebook.

Le chroniqueur et polémiste Eric Zemmour a établi un parallèle entre Mohamed Merah, le terroriste islamiste qui a tué trois enfants juifs et un enseignant dans l’école Ozar Hatorah en 2012, et ses victimes, qui ont toutes été enterrées à l’étranger, en Algérie et en Israël.

Interviewé lors de l’émission ”On est en direct” sur France 2 samedi soir, Zemmour, qui est un candidat potentiel à l’élection présidentielle de 2022, était interrogé par la journaliste Léa Salamé qui a lu un passage de son dernier livre ”La France n’a pas dit son dernier mot”, évoquant l’attaque antisémite de l’école juive.

“La famille de Mohamed Merah a demandé à l’enterrer sur la terre de ses ancêtres en Algérie, et l’on savait aussi que les enfants juifs assassinés devant l’école religieuse de Toulouse seraient enterrés en Israël. Les anthropologues nous ont appris que nous sommes du pays où nous sommes enterrés. Meurtriers ou innocents, bourreaux ou victimes, ennemis ou amis, ils ont voulu vivre en France, mais quant à y laisser leurs ossements, ils n’ont pas choisi la France, étrangers avant tout et voulant le rester au-delà de la mort”, écrit Eric Zemmour dans le livre.

Interrogé sur ce passage et le parallèle qu’il établit entre la sépulture du bourreau et celle de ses victimes, Zemmour répond en dénonçant une “défrancisation de la France”.

“Mais je ne reproche rien [aux proches qui ont fait enterrer les enfants victimes en Israël]!” a-t-il néanmoins déclaré. “J’essaie de réfléchir de manière rationnelle à une situation. (…) Je ne reproche pas aux parents de Mohamed Merah de vouloir enterrer leur enfant en Algérie : il se sentait algérien. Je ne blâme pas ces gens, ces parents juifs, dont les enfants ont été odieusement massacrés […]. Ils n’appartenaient pas à la France. Bien sûr que si ! Ils se sentaient israéliens. Ce n’est pas grave. Je ne les blâme pas. Je dis qu’il y a un problème pour nous. Mes parents sont enterrés en France, ils ne sont pas enterrés en Israël. La tragédie française, c’est qu’on ne fabrique plus de Français. On ne les fabrique pas à l’école, on ne les fabrique pas à la télévision, on ne les fabrique pas dans la culture dominante…. ”, a déclaré Zemmour, 63 ans, qui est le descendant de Juifs berbères qui ont quitté l’Algérie pour la France pendant la guerre franco-algérienne dans les années 1950.

Ses propos ont suscité des réactions d’indignation sur les médias sociaux. ”Oser remettre en cause la décision des familles des victimes juives de Toulouse qui ont enterré leurs morts en Israël, au nom de leur nationalité française, est méprisable. la comparer à la famille du meurtrier est infâme. L’Ordre nouveau de Zemmour fait froid dans le dos?44 a écrit Philippe Meyer, président du B’nai B’rith France, sur Facebook.

Pendant l’émission, Zemmour a parlé de ses sujets favoris : l’immigration, l’identité française, l’islam et l’islamisme, la vie politique.

Il a demandé que des mesures d’assimilation soient mises en place en France pour la communauté musulmane, comme il y en a eu par le passé pour la communauté juive. “Pour les musulmans, c’est comme ce que la Révolution française et Napoléon ont fait avec les juifs”, a-t-il déclaré. “La fameuse phrase de Clermont-Tonnerre que vous connaissez : ‘Tout aux Juifs comme individus, rien comme nation’, eh bien c’est la même chose. Et Napoléon a ajouté, il a dit aux Juifs : ”Vous devez considérer Paris comme Jérusalem.”

Un récent sondage a montré que Zemmour pourrait recueillir huit pour cent des voix au premier tour de l’élection présidentielle s’il se présentait. Sa candidature pourrait diluer le vote d’extrême droite au premier tour de l’élection présidentielle d’avril prochain, au détriment de Marine Le Pen, leader du Rassemblement national.

 

Share.

About Author

Leave A Reply