Lundi, 25 mai 2020 - 2 of Sivan, 5780

Archives secrètes du Vatican sur Pie XII, ce pape qui n’a rien fait pour protéger les Juifs pendant l’Holocauste

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

La semaine dernière, le Vatican a ouvert les archives secrètes de Pie XII, le pape qui n’a manifestement pas réussi à protéger les Juifs d’Europe ni à protester efficacement contre leur sort, même ceux qui étaient devant son nez à Rome, pendant l’Holocauste.

Le pape François avait annoncé l’année dernière que les archives seraient ouvertes en mars 2020, huit ans avant la date prévue, affirmant que l’Eglise catholique romaine “n’avait pas peur de l’histoire”.

Accueillie positiveement par les organisations juives, la décision du pape François d desceller les millions de pages marque un pas en avant dans la transparence de l’histoire de cette époque.

L’ouverture des archives sur Pie XII fournira de nouvelles couches de preuves qui devraient offrir une clarté sans précédent sur ce que le pape et l’église ont fait et n’ont pas fait face au plus grand défi moral de l’histoire de l’Europe.

Plus important encore, peut-être, les archives fourniraient des réponses aux plaintes concernant le silence de Pie XII pendant l’Holocauste, comme en témoigne le fait qu’il n’a jamais mentionné le peuple juif en tant que groupe victime des Nazis pendant tout son séjour en tant que pape.

Selon une exposition à Yad Vashem, le mémorial et musée de l’Holocauste d’Israël, Pie XII n’est pas intervenu lorsque des Juifs ont été arrêtés et déportés de Rome à Auschwitz.

Ses détracteurs ont également déclaré qu’il était enthousiasmé par l’ascension d’Adolf Hitler au pouvoir et qu’il n’avait pas défendu les prêtres qui se sont prononcés contre la persécution des Juifs et, dans de nombreux cas, les ont aidés, ainsi que d’autres, à échapper à leur envoi dans des camps de concentration nazis.

La réticence publique de Pie XII à condamner l’Holocauste s’est manifestée malgré les efforts de nombreux membres de l’église, ainsi que des diplomates des pays alliés, pour le persuader de s’exprimer.

Pour beaucoup dans le monde juif, l’ouverture des archives sera un moment séminal dans les relations entre Catholiques et Juifs depuis que le Concile Vatican II de 1965 a exonéré le peuple juif de l’accusation de ”déicide”, la responsabilité collective et éternelle de la souffrance et de la mort de Jésus.

En 2009, le prédécesseur de François, le pape Benoît, a mis en colère de nombreux Juifs en approuvant un décret reconnaissant les ”vertus héroïques” de Pie XII, un premier pas vers la sainteté.

Yad Vashem a salué la décision du Vatican de libérer les archives, affirmant qu’il réclamait depuis des années l’ouverture des archives pour ”permettre une recherche objective et ouverte ainsi qu’un discours complet sur les questions relatives à la conduite du Vatican en particulier, et la Église catholique en général, pendant la Shoah”.

Naomi Di Segni, chef de l’Union des communautés juives italiennes, a déclaré qu’elle espérait que le contenu des archives ”clarifierait davantage la position de l’église” pendant la Shoah.

Le président du Congrès juif mondial, Ronald S.Lauder, a déclaré qu”’en invitant des historiens et des universitaires à accéder publiquement aux archives du Vatican sur la Seconde Guerre mondiale, le pape François démontre son engagement à apprendre et à diffuser la vérité, ainsi qu’à l’importance de la mémoire de l’Holocauste”.

”Grâce aux efforts soutenus entre la communauté juive mondiale et l’Église catholique au cours des décennies qui ont suivi la guerre, le Vatican est devenu un ami et un allié du peuple juif. L’ouverture des archives représente un moment charnière dans l’histoire des relations catholiques-juives et de notre dialogue interreligieux en cours”, a ajouté Ronald Lauder.

Share.

About Author

Leave A Reply