Vendredi, 10 juil. 2020 - 18 of Tammuz, 5780

Indignation après la décision de libérer Hassan Diab- suspecté d’être responsable de l’attentat de la synagogue rue Copernic en 1980 (4 morts)

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

PARIS— Un témoin de l’attentat à la bombe contre une synagogue à Paris en 1980 a exprimé son indignation après la décision d’un magistrat français de remettre en liberté Hassan Diab et d’abandonner les accusations de terrorisme contre l’homme soupçonné d’être responsable de l’attentat.

Le 3 octobre 1980, un attentat à la bombe contre la synagogue de la rue Copernic à Paris avait fait quatre morts et environ 40 blessés. Il s’agissait de la première attaque meurtrière contre la communauté juive de France depuis l’occupation nazie pendant la Seconde Guerre mondiale.

Hassan Diab a passé les trois dernières années dans une prison française en attente de jugement après avoir été extradé du Canada.

Shimon Samuels, directeur des relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, a déclaré dans une lettre à la ministre française de la Justice, Nicole Belloubet, que la libération du suspect par un tribunal de Paris était “un coup dur pour les survivants et les familles des victimes”.

Samuels se souvient de sa présence le 3 octobre 1980, à l’angle de la rue Lauriston, à 150 mètres de l’explosion. Il venait de souhaiter un “Succoths heureux” à Aliza Shagrir – l’épouse du cinéaste israélien Midna Shagrir – alors qu’elle se trouvait rue Copernic où elle a trouvé trois autres victimes de l’attentat qui a également blessé 41 personnes à l’intérieur du bâtiment détruit.

Le lendemain matin, le Premier ministre de l’époque, Raymond Barre, a déclaré que “une bombe destinée aux Juifs a tué quatre Français innocents”.

“La bombe a tué un facteur portugais, un serveur de restaurant chinois, Aliza, et” un Français innocent “, blessant 41 fidèles à l’intérieur de la synagogue”, a corrigé Samuels.

En 2010, Samuels était présent aux audiences d’extradition de Diab à Ottawa, Canada. Sur base de preuves médico-légales, Diab, qui a été arrêté au Canada en novembre 2008, a finalement été extradé vers la France en 2014. Diab avait nié toute implication, soutenant qu’il était au Liban au moment de l’attentat à la bombe de la synagogue Copernic.

“Les répercussions de la décision peuvent devenir une célébration du terrorisme avec Hassan Diab glorifié comme un héros”, a écrit Samuels. “Madame la Ministre, nous demandons que vous fassiez appel et le maintien en détention de Diab.”

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a qualifié i la décision ”d’indigne” et appelé le parquet à faire appel. ”Ce non-lieu sans procès du principal suspect est une insulte à la mémoire des victimes et ajoutent de la douleur à leurs proches” a déclaré Francis Kalifat; présidnet du Crif.

Diab, 64 ans, ancien professeur de sociologie libano-canadien à l’Université d’Ottawa, est techniquement libre de revenir au Canada, mais il n’a pas les documents nécessaires pour quitter la France.

Le parquet de Paris a finalement fait appel du non-lieu ordonné par des juges d’instruction.

 

Share.

About Author

Leave A Reply