Lundi, 16 déc. 2019 - 18 of Kislev, 5780

L’Ambassadeur de Hongrie convoqué par Jérusalem pour s’expliquer sur l’antisémitisme dans son pays

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

JERUSALEM (EJP)—L’ambassadeur de Hongrie en Israël a été convoqué au ministère israélien des Affaires étrangères afin de lui demander des explications sur la multiplication des incidents antisémites dans son pays.

‘’L’ambassadeur Andor Nagy a été convoqué à la suite d’une très longue série d’incidents antisémites caractérisés en Hongrie’’, a indiqué le porte-parole du ministère, Yigal Palmor.

Le directeur général adjoint du ministère israélien pour l’Europe, Rafi Schutz, a notamment cité des déclarations politiques antisémites et révisionnistes visant à ‘’réécrire l’histoire’’ de la Hongrie pendant la seconde Guerre Mondiale en minimisant la collaboration du gouvernement de Miklos Horthy dans la déportation de centaines de milliers de Juifs hongrois.

‘’Nous avons rappelé le gouvernement hongrois à ses responsabilités en lui demandant de prendre toutes les dispositions nécessaires pour endiguer les événements antisémites’’, a ajouté M.Palmor.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2010, le Premier ministre hongrois Viktor Orban et son parti Fidesz ont été souvent accusés d’encourager tacitement le souvenir de l’autocrate Miklos Horthy, homme fort de la Hongrie de 1920 à 1944, qui fit allégeance aux nazis et les aida à la déportation de plus de 400 000 Juifs hongrois en mars 1944.

La communauté juive de Hongrie, la plus importante en Europe centrale avec quelque 80.000 membres, accuse le gouvernement de blanchir la Hongrie de ses responsabilités dans la Shoah. En raison de cela, la principale organisation juive du pays, Mazsihisz, a décidé de ne pas participer aux cérémonies du souvenir de l’Holocauste.

Les commémorations de l’Holocauste seront marquées par l’installation à Budapest d’un nouveau Mémorial, représentant la Hongrie comme une victime de l’Allemagne nazie. ‘‘Un symbolisme qui contribuerait à écarter la responsabilité nationale’‘, estime la communauté juive, qui demande au gouvernement de renoncer à cette statue.

Elle doit voir le jour sur la place de Liberté, à côté du mémorial soviétique, de l’ambassade des États-Unis et de la statue de Ronald Reagan.

Par ailleurs, le parti d’extrême-droite et antisémite Jobbik a créé la polémique en organisant vendredi dernier un meeting dans une ancienne synagogue à Esztergom, à une cinquantaine de kilomètres au nord de Budapest.

L’ancienne synagogue a été transformée en centre culturel municipal il y a quelques années “C’est vraiment honteux’’, explique Agnes Drelyo, à l’origine d’une manifestation contre la réunion de Jobbik.

‘’Gabor Vona et son parti Jobbik devraient avoir honte d’avoir choisi de tenir leur réunion dans un tel bâtiment. Nous ne pouvions pas rester les bras croisés. Quiconque a un peu de conscience ne pouvait pas laisser passer ça !”, a-t-elle ajouté.

Des élections législatives sont prévues le 6 avril prochain. Et le parti Jobbik espère bien rééditer le score obtenu il y a 4 ans. Avec 17% des suffrages, il était devenu la troisième formation politique du pays.

“A plusieurs reprises l’an dernier, le parti Jobbik a perturbé des sessions du parlement, rappelle Attila Magyar, correspondant d’euronews en Hongrie. Aujourd’hui, il se fait remarquer avec ce rassemblement, dans ce lieu. Il attire l’attention. Et c’est précisément ce qu’il cherche.”

 

Share.

About Author

Leave A Reply