Mardi, 29 nov. 2022 - 5 of Kislev, 5783

Le chef des affaires étrangères de l’UE propose un nouveau projet de texte pour l’accord nucléaire avec l’Iran

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

“Après 15 mois de négociations intenses et constructives à Vienne et d’innombrables interactions avec les participants au JCPOA (le plan d’action global conjoint) et les États-Unis, j’ai conclu que l’espace pour des compromis significatifs supplémentaires a été épuisé”, écrit Josep Borrell dans le Financial Times.

Il a admis que l’accord n’abordait pas les questions des droits de l’homme et des activités régionales de l’Iran qui préoccupent Washington et l’UE.

 

 

Le chef des affaires étrangères de l’Union européenne, Josep Borrell, a déclaré qu’il avait proposé un nouveau projet de texte pour l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien.

“Après 15 mois de négociations intenses et constructives à Vienne et d’innombrables interactions avec les participants au JCPOA (le plan d’action global conjoint) et les États-Unis, j’ai conclu que l’espace pour des compromis significatifs supplémentaires a été épuisé. J’ai maintenant mis sur la table un texte qui aborde, avec des détails précis, la levée des sanctions ainsi que les mesures nucléaires nécessaires pour restaurer le JCPOA”, a écrit M. Borrell dans un essai intitulé “Now is the time to save the Iran nuclear deal” publié dans le Financial Times.

Selon lui, le texte proposé “représente le meilleur accord possible” et il ne faut pas s’attendre à d’autres modifications majeures.

“Ce n’est pas un accord parfait, mais il aborde tous les éléments essentiels et inclut des compromis durement acquis par toutes les parties”, a ajouté M. Borrell, notant qu’il ne voit “aucune autre alternative globale ou efficace à portée de main.”

Il a admis que l’accord n’abordait pas les questions des droits de l’homme et des activités régionales de l’Iran qui préoccupent Washington et l’UE.

“Il a toutefois permis de mettre un terme au programme nucléaire iranien qui était en pleine expansion et de l’ouvrir à la surveillance et aux inspections strictes de l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique)”, a déclaré M. Borrell.

Il a conclu en exhortant les parties à conclure un accord “maintenant” afin de générer “d’importants dividendes économiques et financiers et de renforcer la sécurité régionale et mondiale”.
M. Borrell a exhorté l’Iran à prendre la décision politique “rapide” d’accepter les conditions, prévenant qu’autrement “nous risquons une dangereuse crise nucléaire.”

Selon Reuters, Ned Price, porte-parole du département d’État américain, a déclaré que Washington examinait le “projet d’accord” que M. Borrell a partagé avec l’Iran et d’autres parties et qu’il répondrait directement à l’UE.

Cette tribune s’inscrit dans le contexte des commentaires faits au début du mois par l’envoyé spécial des États-Unis pour l’Iran, Robert Malley, qui a déclaré que Téhéran n’était plus qu’à “une question de semaines” de disposer d’une quantité suffisante d’uranium enrichi pour fabriquer une arme nucléaire et que les récents pourparlers visant à relancer le JCPOA étaient “plus qu’une occasion perdue”.
Le ministre israélien de la défense, Benny Gantz, a déclaré mardi que Jérusalem avait la capacité de “nuire gravement” au programme nucléaire iranien. “Nous sommes très insatisfaits de l’accord [prospectif], qui serait un mauvais accord car il s’agirait d’un retard temporaire”, a-t-il déclaré.

La semaine dernière, le directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, a déclaré que le programme nucléaire iranien progressait rapidement, avec peu de surveillance…
Si un nouvel accord nucléaire est conclu avec Téhéran, il sera “difficile” de reconstituer les actions récentes de l’Iran, a-t-il déclaré dans une interview rapportée par Reuters.

“Le fond du problème est que pendant près de cinq semaines, j’ai eu une visibilité très limitée, avec un programme nucléaire qui avance au galop et, par conséquent, s’il y a un accord, il va être très difficile pour moi de reconstituer le puzzle de toute cette période d’aveuglement forcé”, a déclaré Grossi.
Le mois dernier, l’Iran a retiré une grande partie des équipements de surveillance de l’AIEA sur ses sites nucléaires. Selon Reuters, M. Grossi avait alors qualifié ce geste de “coup fatal” potentiel à la possibilité de conclure un accord pour freiner les progrès nucléaires de Téhéran.

M. Grossi avait alors ajouté qu’il ne restait que trois à quatre semaines pour rétablir au moins une partie de la surveillance avant que l’AIEA ne perde la capacité de reconstituer rétrospectivement les activités nucléaires les plus critiques de l’Iran.

Le Conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a adopté en juin un projet de résolution critiquant l’Iran pour son manque de transparence et son incapacité à coopérer avec l’agen

Share.

About Author

Leave A Reply