Mardi, 24 nov. 2020 - 8 of Kislev, 5781

Le dirigeant d’une organisation juive européenne rencontre Marine Le Pen, évoque un ‘dialogue constructif’

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

STRASBOURG (EJP)— Le dirigeant d’une organisation juive européenne a rencontré mercredi Marine Le Pen, chef de file de l’extrême-droite européenne.

La rencontre entre Vadim Rabinovich, Président du Parlement juif européen et Marine Le Pen a eu lieu au Parlement européen à Strasbourg où se tient la session mensuelle de l’assemblée des 28.

Marine Le Pen dirige le groupe politique Europe des Nations et des libertés récemment constitué au sein du Parlement européen.

Après la rencontre, qui s’est déroulée dans le cadre d’une table ronde avec d’autres parlementaires européens du groupe, M.Rabinovich a déclaré que Mme Le Pen a clairement indiqué au cours de l’entretien que l’antisémitisme ” n’est pas acceptable. ” “Nous avons eu un dialogue constructif qui a porté sur la nécessité de lutter contre l’antisémitisme, et je crois qu’elle est sincère à ce sujet,” a-t-il dit.

Pour M. Rabinovich, qui est également membre du parlement ukrainien, “seul le dialogue peut conduire à des progrès et parce que Mme Le Pen a confirmé que l’antisémitisme est inacceptable.”

La décision de rencontrer Marine Le Pen, qui est considérée comme ‘persona non grata’ par la plupart des dirigeants juifs en Europe, a été prise lors de l’Assemblée générale du Parlement juif européen, une organisation qui compte 120 membres provenant de 45 pays en Europe, le mois dernier à Kiev.

‘’ Il y a eu une longue discussion sur un dialogue avec elle. Il y a eu un vote démocratique et une grande majorité a voté en faveur de ce dialogue car cela va aider à lutter contre l’antisémitisme’’, a indiqué un membre du parlement juif européen à EJP.

Mais un tel dialogue a été subordonné à la condition que Marine Le Pen fasse une déclaration sans équivoque en ce qui concerne l’antisémitisme.

Depuis qu’elle a pris la direction du Front National, la  troisième force politique en France, Marine Le Pen a essayé d’adoucir l’image du parti et de se distancier des déclarations antisémites de son père Jean-Marie Le Pen, le fondateur du parti, condamné plusieurs fois pour incitation à la haine raciale notamment pour avoir dit et répété (encore récemment) que les chambres à gaz utilisées pour tuer des Juifs dans l’Holocauste étaient ’’simplement un détail de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale’’.

En mars dernier, alors que le CRIF tenait son dîner politique annuel, son président, Roger Cukierman, avait déclaré que même si Marine Le Pen est ‘’irréprochable personnellement’’, ‘’on est tous conscients dans le monde juif, que derrière Marine Le Pen il y a tous les négationnistes, tous les vichystes, tous les pétainistes. Pour nous le FN est un parti à éviter’’.

Marine Le Pen n’a jamais été invitée au dîner CRIF à la différence de tous les autres dirigeants politiques français.

La présidente du FN pour sa part a incité ‘’les Français juifs à combattre avec ceux qui ont été lucides sur le danger du fondamentalisme islamiste”. “Les Français juifs, leur nation, leur patrie, c’est la France”, a-t-elle dit. “Nier que le fondamentalisme islamiste les a pris pour cible, c’est se mentir à soi-même et c’est être dans le déni total”, a-t-elle affirmé. “Les Français juifs doivent combattre et combattre auprès de ceux qui, précisément, ont été lucides sur ce danger du fondamentalisme et qui proposent de véritables solutions”, a-t-elle déclaré.

La rencontre mercredi entre Vadim Rabinovich et Marine Le Pen a suscité la condamnation du président du Congrès juif européen (CJE) Moshe Kantor européenne qui a jugé ‘’choquant’’ le fait qu’un Juif européen ”puisse donner un brevet de respectabilité à des racistes et des antisémites”.

‘’L’Europe des Nations et des Libertés comprend des parlementaires européens du parti autrichien FPÖ, qui a un passé négationniste et raciste, du parti nationaliste et raciste flamand Vlaams Belang ainsi que d’autres groupes ayant une idéologie semblable’’, souligne M. Kantor dans un communiqué.

Levi Matusof, un rabbin originaire de France, a annoncé sa démission du Parlement juif européen, juste après la rencontre de Strasbourg qu’il a qualifiée d’ ‘’opportuniste et inappropriée’’. ‘’Le Front National est un parti infréquentable. C’est à travers d’actes substantiels sur la durée que ce parti fera la démonstration qu’il a rompu avec l’idéologie qui a présidé à sa naissance’’, a-t-il dit.

Un autre membre du parlement juif, lui aussi de France, Roger Fajnzylberg, a lui aussi condamné la rencontre qui selon lui constitue une ‘’faute politique’’.

Share.

About Author

Leave A Reply