Mardi, 12 nov. 2019 - 14 of Heshvan, 5780

L’UNESCO doit cesser toute association avec la carnaval antisémite d’Alost

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Pour le président de la European Jewish Association (EJA), le rabbin Menachem Margolin, ‘’il est maintenant clair que l’UNESCO, qui doit prendre une décision en décembre sur le maintien du carnaval sur la liste du patrimoine mondial, doit supprimer toute association ou tout parrainage du carnaval’’.

BRUXELLES – Le carnaval organisé dans la ville belge d’Alost en mars dernier a vu défiler des marionnettes antisémites de juifs orthodoxes, suscitant un tollé parmi les groupes juifs et la condamnation de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) et de la Commission européenne qui ont dénoncé la représentation antisémite.

Des groupes juifs ont exigé que le carnaval soit retiré de la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO, soulignant ainsi le contexte de la montée de l’antisémitisme en Europe.

Être sur la liste rend le carnaval éligible au financement de l’agence de l’ONU. La décision de l’UNESCO, dont le siège est à Paris, est attendue pour décembre lors d’une réunion du comité pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel à Bogota, en Colombie.

Le char de carnaval, intitulé ‘’Année du shabbat’’, mettait en vedette deux marionnettes géantes représentant des juifs orthodoxes au nez crochu assis sur des sacs d’or et parmi des rats. En dépit du tollé suscité par les groupes juifs, le maire d’Alost a refusé de condamner, qualifiant les chars d’ “humoristiques”.

À l’époque, Ernesto Ottone, sous-directeur général pour la culture à l’UNESCO, avait publié une déclaration condamnant les chars du carnaval d’Alost. “L’esprit satirique du carnaval d’Alost et la liberté d’expression ne peuvent servir d’écran à de telles manifestations de haine”, avait-il déclaré, ajoutant: “Ces caricatures indécentes vont à l’encontre des valeurs de respect et de dignité incarnées par l’UNESCO et sont contraires aux principes qui sous-tendent le patrimoine immatériel de l’humanité “.

La directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, a déclaré que ‘’ce n’est pas la première fois que ces chars racistes et antisémites défilent lors de carnaval’’.

La Commission européenne a également condamné les marionnettes antisémites. “Il devrait aller de soi que voir de telles images dans les rues de l’Europe 74 ans après la Shoah est impensable”, avait déclaré la porte-parole de la Commission, Margaritas Schinas.

“Nous, Européens, n’avons pas le luxe de prendre cela à la légère … parce que nous avons le triste privilège de savoir comment cela se termine.’’

“La position de la Commission européenne a été, sera et sera toujours très claire: nous sommes fermement contre toutes les formes d’antisémitisme », avait conclu le porte-parole.

En septembre, une délégation de la ville d’Alost, conduite par son maire Christoph D’Haese, s’était rendue à l’UNESCO à Paris pour défendre le défilé et expliquer aux autorités de l’agence ”que le carnaval d’Alost n’avait aucune intention antisémite ni raciste, bien au contraire.”

Nouvelle provocation

Selon le quotidien flamand Het Laatste Nieuws, les participants du carnaval d’Aalst ciblent désormais l’UNESCO et les Juifs avec une nouvelle provocation en lançant 150 rubans de carnaval  en vue du défilé de 2020. ‘’L’Unesco, quelle farce’’, peut-on lire sur l’un des rubans au-dessus d’une caricature d’un Juif au nez crochu.

‘’Pure provocation’’, selon le Forum des organisations juives (FJO) d’Anvers. ‘’Lors du défilé du carnaval, nous pouvions toujours comprendre que l’impact sur la communauté juive avait été sous-estimé’’, a déclaré le porte-parole du FJO, Hans Knoop. ‘’ Le fait que de nouvelles images soient maintenant lancées, avec les mêmes chapeaux et nez crochus stéréotypés, est une pure provocation. Ce sont des dessins avec une approche antisémite pure ‘’ a-t-il ajouté.

‘’Le moment est malheureux’’, a répondu le maire d’Alost. ‘’Nous ne nous moquons pas des Juifs, mais de l’UNESCO’’, a déclaré Kris Vonck, le créateur des rubans contenant les dessins. Un tel ruban -une pièce de tissu avec des dessins animés et des slogans – est une tradition dans le monde du carnaval, a-t-il déclaré.

‘’On utilise exactement les mêmes images stéréotypées antisémites qui ont conduit aux camps de concentration et aux chambres à gaz. Le même type d’images est apparu dans Der Stürmer dans les années 1930, le magazine nazi par excellence’’, déclaré Hans Knoop.

’Je vais écrire à l’UNESCO pour exiger qu’elle cesse de financer ou de s’associer de quelque manière que ce soit à ce carnaval’

Pour le président de la European Jewish Association (EJA), le rabbin Menachem Margolin, ‘’il est maintenant clair que l’UNESCO, qui doit prendre une décision en décembre sur le maintien du carnaval sur la liste du patrimoine mondial, doit supprimer toute association ou tout parrainage du carnaval’’.

‘’Ces rubans représentent un désir volontaire d’offenser’, a ajouté le rabbin Margolin qui va écrire à l’UNESCO ” pour exiger qu’elle cesse de financer ou de s’associer de quelque façon que ce soit à ce carnaval’’.

Share.

About Author

Leave A Reply