Jeudi, 28 oct. 2021 - 22 of Heshvan, 5782

Pour la première fois, le Parlement européen affirme que le Hezbollah est responsable de la crise politique et économique dévastatrice du Liban

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Dans une résolution sur le Liban adoptée en début de semaine, le Parlement européen a clairement indiqué que le Hezbollah est responsable de la crise politique et économique dévastatrice du pays et de la répression du mouvement populaire de 2019.

La résolution, qui a été adoptée avec un soutien massif et multipartite, souligne la nécessité d’une pleine souveraineté libanaise et déplore les interférences extérieures préjudiciables.

Le texte se lit comme suit : “Considérant que le Hezbollah contrôle toujours des ministères clés au sein du gouvernement libanais ; que le Hezbollah a été inscrit sur la liste des organisations terroristes par plusieurs États membres de l’UE ; que le Hezbollah a montré à plusieurs reprises sa forte allégeance idéologique à l’Iran, ce qui déstabilise le gouvernement libanais et sape sa cohésion si nécessaire.”

La résolution menace en outre “l’introduction de sanctions ciblées pour avoir entravé ou sapé le processus politique démocratique.”
Le texte a été adopté par 575 voix pour, 71 voix contre et 39 abstentions.

Selon la résolution, l’Union européenne devrait encore envisager d’imposer des sanctions aux politiciens libanais qui bloquent les progrès du nouveau gouvernement.

Prenant acte de la formation par le Liban d’un gouvernement il y a deux semaines après plus d’un an d’impasse politique, le Parlement européen, réuni à Strasbourg, a déclaré que les gouvernements de l’UE ne peuvent pas encore relâcher la pression sur le pays.

Malgré le fait que le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, ait déclaré au Parlement européen que le temps des sanctions était passé en raison de la formation d’un gouvernement. L’UE a salué l’annonce du nouveau gouvernement dirigé par le Premier ministre Najib Mikati.

Le Parlement européen “exhorte vivement les dirigeants libanais à tenir leurs promesses et à former un gouvernement fonctionnel”, indique la résolution.

L’UE a accepté en juin de préparer des interdictions de voyage et des gels d’avoirs pour les hommes politiques libanais accusés de corruption et d’entrave aux efforts de formation d’un gouvernement, de mauvaise gestion financière et de violations des droits de l’homme.

L’UE doit prendre position contre le Hezbollah, affirment les députés ECR

Les Conservateurs et Réformistes européens (ECR), un groupe politique de centre-droit au Parlement européen, ont vivement salué l’adoption de la résolution. ”Le groupe ECR approuve l’avis du Parlement européen selon lequel le Hezbollah est responsable de la crise politique et économique dévastatrice du Liban et de la répression du mouvement populaire de 2019.”

” Pour la première fois, les députés européens ont reconnu la forte allégeance idéologique de l’organisation avec l’Iran qui agit pour déstabiliser le Liban”, note le texte.

Pour le groupe, l’eurodéputé suédois Charlie Weimers a déclaré que la résolution ”met grandement au défi les groupes de gauche-libéraux d’accepter la véritable nature terroriste du Hezbollah et d’en finir avec la distinction inventée entre les soi-disant ailes militaires et politiques de l’organisation.”

”C’est une distinction qui est fortement démentie par le chef adjoint du Hezbollah, Naim Qassem, lui-même qui souligne que le Hezbollah a une direction unique et qu’il n’existe aucune distinction entre les ailes”, a ajouté Weimers.

“Il doit s’agir de la condamnation la plus ferme à ce jour par le Parlement européen de l’Iran et de son mandataire terroriste, le Hezbollah, pour avoir sapé la stabilité du Liban”, a déclaré Daniel Schwammenthal, directeur de l’Institut transatlantique AJC.

“Les législateurs européens ont ainsi envoyé un avertissement clair au régime de Téhéran et à son groupe de terreur chiite : ce n’est plus le cas. Le peuple libanais mérite la liberté, la démocratie et la prospérité – ni l’un ni l’autre ne seront accessibles tant que le Hezbollah et l’Iran pourront continuer à entraîner le pays dans la corruption, le crime et la guerre”, a-t-il ajouté.

 

Share.

About Author

Leave A Reply