Jeudi, 19 sept. 2019 - 19 of Elul, 5779

Un parlementaire européen tchèque appelle l’UE à suivre l’exemple des Etats-Unis et à se retirer du Conseil des droits de l’homme de l’ONU

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

BRUXELLES—‘’Pensez de Trump ce que vous voulez, mais l’Union européenne  devrait suivre la décision américaine et quitter cette ‘’farce’’ d’un organe des Nations Unies appelé Conseil des droits de l’homme’’, a déclaré Tomas Zdechovsky, membre tchèque du Parlement européen.

Les Etats-Unis ont  annoncé qu’ils se retiraient du Conseil, citant son “préjugé chronique” contre Israël comme l’un des principaux facteurs du retrait.

Zdechovski, qui est membre du Parti populaire européen (PPE), le plus grand groupe politique du Parlement européen, a déclaré: “nous devons apprendre à nous différencier dans l’Union européenne’’.

” Alors que la décision du président Trump de quitter l’accord de Paris est une terrible nouvelle pour notre climat mondial et une grave erreur à mon avis, la décision de quitter le Conseil des droits de l’homme est louable et l’UE devrait faire de même ”, a-t-il déclaré.

Selon le groupe de surveillance U.N. Watch, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, dont le siège se trouve à Genèe, a adopté 80 résolutions condamnant Israël sur 169 contre des pays considérés comme des ‘’défenseurs des droits de l’homme’’ – 47% du total.

Au Conseil, Israël fait l’objet d’un point séparé relatif aux droits de l’homme, appelé point 7 de l’ordre du jour, intitulé ‘’Situation des droits de l’homme en Palestine et dans les autres territoires arabes occupés’’.

Le Conseil des droits de l’homme a également convoqué 28 sessions spéciales consacrées aux droits de l’homme et à d’autres abus, dont huit (29%) sur Israël. Vient ensuite la Syrie, l’objet de cinq sessions spéciales. Puis vint la Birmanie, avec deux.

“Le fait qu’Israël soit au centre de presque la moitié des résolutions condamnatoires du Conseil des Droits de l’Homme est absurde”, a déclaré Zdechovsky.

“Que le conseil consacre exponentiellement plus de temps à Israël qu’à la Corée du Nord ou à la Syrie ne fait que souligner à quel point son agenda a été victime de la politisation et des préjugés”, a-t-il ajouté.

En revanche, le Conseil des droits de l’homme est incapable de condamner les violations des droits de l’homme dans des pays influents comme la Chine, Cuba, la Russie et le Zimbabwe, malgré de terribles témoignages de persécution religieuse, de répression politique, d’hostilité à la liberté de la presse, les droits inégaux pour les femmes et l’usage de la force contre la société civile et les opposants au gouvernement, a souligné le député européen.

La Chine et Cuba figurent parmi les 14 membres actuels du Conseil des droits de l’homme classés ‘’non libres’’ par Freedom House.

“Pourquoi les Européens jouent-ils le rôle de muets dans ce théâtre absurde, au lieu de prendre position et de boycotter un corps sur lequel nous n’avons d’ailleurs aucune influence? Pourquoi continuer à jouer avec cette farce et soutenir ainsi involontairement et continuellement le programme cynique des dictateurs, qui utilisent l’argument des droits de l’homme comme une monnaie dans la lutte pour leurs objectifs et leurs intérêts’’, ? a demandé Zdechovsky.

“Prendre position contre Trump et toutes ses décisions est déjà devenu un automatisme dans la culture politique européenne. C’est trop facile. Réfléchissons à chaque décision selon son mérite individuel. ”

En expliquant la décision de l’administration américaine de se retirer du CDH, Nikki Haley et Mike Pompeo, respectivement ambassadrice des USA à l’‘ONU et Secrétaire d’Etat américain,  ont déclaré que “depuis trop longtemps, le Conseil des droits de l’homme protège les droits de l’homme et constitue un cloaque de parti pris’’.

Share.

About Author

Leave A Reply