Jeudi, 28 oct. 2021 - 22 of Heshvan, 5782

Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne: ‘L’Europe ne peut prospérer que si ses communautés juives se sentent en sécurité et prospèrent’

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

La Commission européenne a présenté mardi la toute première stratégie européenne de lutte contre l’antisémitisme et de promotion de la vie juive.

Face à la montée inquiétante de l’antisémitisme, en Europe et au-delà, la stratégie présente une série de mesures articulées autour de trois piliers : prévenir toute forme d’antisémitisme, protéger et encourager la vie juive et promouvoir la recherche, l’éducation et la mémoire de l’Holocauste.

La stratégie propose des mesures visant à intensifier la coopération avec les sociétés en ligne afin d’enrayer l’antisémitisme en ligne, à mieux protéger les espaces publics et les lieux de culte, à mettre en place un centre de recherche européen sur l’antisémitisme contemporain et à créer un réseau de sites où l’Holocauste s’est produit. Ces mesures seront renforcées par les efforts internationaux de l’UE pour mener la lutte mondiale contre l’antisémitisme, a déclaré la Commission, l’organe exécutif de l’UE.

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a déclaré : “Nous nous engageons aujourd’hui à encourager la vie juive en Europe dans toute sa diversité”.

Elle a ajouté : ”Nous voulons voir la vie juive prospérer à nouveau au cœur de nos communautés. C’est ainsi que cela devrait être. La stratégie que nous présentons aujourd’hui est un changement radical dans notre façon de répondre à l’antisémitisme. L’Europe ne peut prospérer que si ses communautés juives se sentent en sécurité et prospèrent.”

Lors d’un point de presse, Margaritis Schinas, le vice-président de la Commission chargé de la promotion de notre mode de vie européen, a souligné que ”l’antisémitisme est incompatible avec les valeurs de l’UE et avec notre mode de vie européen. Cette stratégie, la première du genre, est notre engagement à le combattre sous toutes ses formes et à assurer un avenir à la vie juive en Europe et au-delà. Nous le devons à ceux qui ont péri dans l’Holocauste, nous le devons aux survivants et nous le devons aux générations futures.”

Vers une Union européenne exempte d’antisémitisme

La stratégie définit des mesures visant à la prévention et la lutte contre toutes les formes d’antisémitisme.la protection et la promotion de la vie juive dans l’UE ;

l’éducation, la recherche et la mémoire de l’Holocauste.

Voici quelques-unes des mesures clés de la stratégie :

Prévenir et combattre toutes les formes d’antisémitisme : Neuf juifs sur dix considèrent que l’antisémitisme a augmenté dans leur pays, 85 % d’entre eux estimant qu’il s’agit d’un problème grave. Pour y remédier, la Commission mobilisera des fonds européens et aidera les États membres à concevoir et à mettre en œuvre leurs stratégies nationales. La Commission soutiendra la création d’un réseau européen de signaleurs de confiance et d’organisations juives pour supprimer les discours haineux illégaux en ligne. Elle soutiendra également l’élaboration de récits contrant les contenus antisémites en ligne. La Commission coopérera avec l’industrie et les sociétés informatiques pour empêcher l’affichage et la vente illégaux de symboles, de souvenirs et de littérature liés au nazisme en ligne.

Protéger et encourager la vie juive dans l’UE : 38 % des Juifs ont envisagé d’émigrer parce qu’ils ne se sentent pas en sécurité en tant que Juifs dans l’UE. Pour que les Juifs se sentent en sécurité et puissent participer pleinement à la vie européenne, la Commission fournira des fonds européens pour mieux protéger les espaces publics et les lieux de culte. Le prochain appel à propositions sera publié en 2022 et mettra à disposition 24 millions d’euros. Les États membres sont également encouragés à faire appel au soutien d’Europol en ce qui concerne les activités de lutte contre le terrorisme, en ligne et hors ligne. Pour favoriser la vie juive, la Commission prendra des mesures pour sauvegarder le patrimoine juif et sensibiliser à la vie, à la culture et aux traditions juives.

Éducation, recherche et mémoire de l’Holocauste : Actuellement, un Européen sur 20 n’a jamais entendu parler de l’Holocauste. Pour garder la mémoire vivante, la Commission soutiendra la création d’un réseau de lieux où l’Holocauste s’est produit, mais qui ne sont pas toujours connus, par exemple des cachettes ou des terrains de tir. La Commission soutiendra également un nouveau réseau de jeunes ambassadeurs européens pour promouvoir le souvenir de l’Holocauste. Grâce à un financement de l’UE, la Commission soutiendra la création d’un pôle de recherche européen sur l’antisémitisme contemporain et la vie juive, en coopération avec les États membres et la communauté des chercheurs. Pour mettre en valeur le patrimoine juif, la Commission invitera les villes candidates au titre de capitale européenne de la culture à aborder l’histoire de leurs minorités, y compris celle de la communauté juive.

L’UE a déclaré qu’elle utiliserait tous les outils disponibles pour appeler les pays partenaires à combattre l’antisémitisme dans le voisinage de l’UE et au-delà, y compris par la coopération avec les organisations internationales.

”Elle veillera à ce que les fonds extérieurs de l’UE ne puissent pas être affectés à tort à des activités qui incitent à la haine et à la violence, y compris contre le peuple juif. L’UE renforcera la coopération entre l’UE et Israël dans la lutte contre l’antisémitisme et encouragera la revitalisation du patrimoine juif dans le monde entier”, a déclaré la Commission.

Prochaines étapes ?

La stratégie sera mise en œuvre au cours de la période 2021-2030.

La Commission a invité le Parlement européen et le Conseil de l’UE à soutenir la mise en œuvre de la stratégie et publiera des rapports de mise en œuvre complets en 2024 et 2029.

Les États membres se sont déjà engagés à prévenir et à combattre toutes les formes d’antisémitisme par le biais de nouvelles stratégies nationales ou de mesures dans le cadre de stratégies nationales et/ou de plans d’action existants sur la prévention du racisme, de la xénophobie, de la radicalisation et de l’extrémisme violent. Les stratégies nationales devraient être adoptées d’ici la fin de 2022 et seront évaluées par la Commission d’ici la fin de 2023.

Le Congrès juif européen a salué la publication de la stratégie de l’UE. “C’est un document sans précédent et vital qui servira de feuille de route pour réduire de manière significative l’antisémitisme en Europe et au-delà”, a déclaré le président de l’EJC, Moshe Kantor.

“C’est un engagement envers les Juifs d’Europe que nous appartenons et sommes une partie vitale de l’avenir européen, et les décideurs du continent feront un effort suprême pour s’assurer que la vie juive s’épanouisse”, a-t-il ajouté.

Le président du Congrès juif mondial, Ronald S. Lauder, a également salué l’initiative européenne.

“L’antisémitisme est un problème énorme en Europe et il est grand temps que l’Union européenne, ses Etats membres et les autorités locales adoptent une stratégie globale pour relever les principaux défis de la lutte contre l’antisémitisme”, a-t-il déclaré.

”J’applaudis la Commission pour avoir présenté un plan ambitieux qui englobe tous les aspects de la lutte contre l’antisémitisme, la mémoire de l’Holocauste et l’acceptation de la contribution juive au mode de vie européen. J’ai hâte de travailler avec la Commission européenne pour le mettre en pratique.”

Share.

About Author

Leave A Reply