Jeudi, 28 oct. 2021 - 22 of Heshvan, 5782

Appel à la normalisation entre Israël et l’Irak lors d’une conférence historique à Erbil

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Lors d’un rassemblement à Erbil, capitale du Kurdistan, 300 dirigeants, activistes et militaires sunnites irakiens ont exprimé leur soutien à la normalisation des relations avec Israël.

Chemi Peres, président du Centre Peres pour la paix et l’innovation, s’est adressé à ce rassemblement de la communauté sunnite, appelant à la normalisation des relations avec Israël.

Le rassemblement, le premier événement de ce type, était organisé par le Center for Peace Communications (CPC) basé à New York . Il s’agissait du premier événement de ce type. En Irak, un ennemi historique d’Israël, l’Iran a une forte influence.

Le CPC plaide pour la normalisation des relations entre Israël et les pays arabes, tout en s’efforçant d’établir des liens entre les organisations de la société civile.

Les participants à la conférence venaient de tout l’Irak, selon le fondateur du CPC, Joseph Braude, citoyen américain d’origine juive irakienne.

S’adressant virtuellement à la plénière, M. Peres a utilisé la plateforme pour appeler à faire avancer la vision de son père, le défunt président et homme d’État israélien Shimon Peres, d’une normalisation et d’une paix dans toute la région.

Qualifiant l’événement d’historique et d’inspirant, Chemi Peres a déclaré que c’était l’occasion de renforcer les liens historiques entre l’Irak, ou l’ancienne Babylone, et le peuple juif, dont la culture a été influencée de manière significative par l’ancienne communauté juive qui y a prospéré.

Il a également noté les récentes tendances à la normalisation comme un modèle qui, espère-t-il, peut avoir un impact positif sur les relations israélo-palestiniennes et les perspectives de paix.

“La tenue d’une telle réunion parallèlement à cette initiative est une source d’inspiration pour de nombreux Israéliens. Comme vous le savez certainement, de nombreux Israéliens ont des liens historiques et familiaux profonds avec l’Irak, y compris ma propre famille. Il existe aujourd’hui, et il continuera d’exister, un lien profond entre ceux qui résident en Terre Sainte et ceux qui vivent en Irak, le pays des deux fleuves, où a été écrit le texte historique juif, le Talmud de Babylone. C’est un texte qui continue à jouer un rôle éclairant dans la vie de notre peuple jusqu’à ce jour”, a déclaré M. Peres.

Au cours de l’événement, Wisam al-Hardan, un chef de tribu sunnite de la province d’Anbar en Irak, a déclaré : “Nous exigeons des relations diplomatiques complètes avec l’État d’Israël et une nouvelle politique de normalisation basée sur des relations de pair à pair avec les citoyens de ce pays.”

Il a critiqué la loi contre le délaiement avec les Israéliens et les sionistes, affirmant qu’elle viole les droits fondamentaux des Irakiens. La loi dite “anti-normalisation” en Irak est moralement répugnante et a été dénoncée à plusieurs reprises par la communauté internationale comme une attaque contre les droits de l’homme et la liberté d’expression et d’association”, a déclaré al-Hardan.

Sahar al-Tai, l’une des participantes, a lu une déclaration finale : “Nous exigeons notre intégration dans les Accords d’Abraham. Tout comme ces accords prévoient des relations diplomatiques entre les signataires et Israël, nous voulons également des relations normales avec Israël.”

“Aucune force, locale ou étrangère, n’a le droit d’empêcher cet appel”, a ajouté Tai, responsable de la recherche au ministère de la culture du gouvernement fédéral irakien.

Cependant, le gouvernement fédéral irakien a rejeté l’appel à la normalisation lancé par la conférence dans une déclaration samedi et a qualifié le rassemblement de “réunion illégale”. La conférence “n’était pas représentative de l’opinion de la population et des habitants des villes irakiennes, au nom desquels ces personnes prétendaient s’exprimer”, indique le communiqué.

Moqtada Sadr, religieux chiite irakien, a exhorté le gouvernement à “arrêter tous les participants”, tandis qu’Ahmed Assadi, député de l’ancien groupe paramilitaire Hachd al-Chaabi, les a qualifiés de “traîtres aux yeux de la loi”.

La Cour suprême judiciaire irakienne a annoncé dimanche qu’elle avait émis des mandats d’arrêt à l’encontre de trois personnes ayant publiquement appelé leur pays à faire la paix avec Israël, dont Sahar al-Tai.

Jusqu’à présent, quatre nations arabes – les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Maroc et le Soudan – ont accepté l’an dernier de normaliser leurs relations avec Israël dans le cadre du processus, parrainé par les États-Unis, des accords d’Abraham.

Share.

About Author

Leave A Reply