Vendredi, 18 janv. 2019 - 12 of Shevat, 5779

Argentine: 12 anciens responsables – y compris l’ex-présidente Cristina Kirchner – vont être jugés pour avoir dissimulé l’enquête sur l’attentat contre un centre juif à Buenois Aires en échange de contrats avec l’Iran

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

BUENOS AIRES – Les autorités judiciaires d’Argentine ont annoncé leur intention de renvoyer devant un tribunal douze anciens responsables accusés de conspiration pour dissimuler la complicité iranienne dans l’attentat à la bombe contre le centre juif AMIA de Buenos Aires en 1994, en échange de ”contrats de vente lucratifs”.

L’attentat à la bombe, qui avait fait 85 morts et plus de 300 blessés, est l’un des plus graves attentats terroristes commis en Amérique latine.

Les responsables renvoyés devant un tribunal comprennent l’ancienne présidente Cristina Kirchner et l’ancien ministre des Affaires étrangères Hector Timerman, ainsi que d’autres membres de son administration.

Dans un jugement de 26 pages, le juge fédéral Claudio Bonadio a noté que ces fonctionnaires avaient signé en 2013 un «mémorandum» à Téhéran pour établir une ‘’commission de vérité’’ pour examiner les circonstances de l’attentat et exonérer six suspects iraniens recherchés par Interpol (l’Agence internationale de lutte contre la fraude) dans le cadre d’un ‘’avis rouge”.

L’ancienne présidente argentine Cristina Kirchner figure parmi les douze personnes qui vont être traduites devant la justice de leur pays dans le cadre de l’enquête sur l’attentat de l’AMIA.

En échange, l’Argentine devait recevoir un accord commercial de plusieurs milliards de dollars de l’Iran.

Ce mémorandum a été considéré comme inconstitutionnel sous le nouveau gouvernement du président Mauricio Macri.

Le directeur des relations internationales du Centre Simon Wiesenthal, Shimon Samuels, a déclaré que “l’annonce du pouvoir judiciaire rachète la réputation du procureur Alberto Nisman, chargé de l’enquête sur l’attentat de l’AMIA, qui avait été assassiné le alors qu’il allait dévoiler le dossier devant le Congrès des députés argentin … un assassinat dénoncé par Kirchner comme un ‘suicide!’ … ”

“Nisman, en tant qu’ami de notre Centre, avait partagé avec nous des éléments de ce qu’il avait découvert  lors d’un dîner à Londres peu de temps avant qu’il ne soit tué.”

Share.

About Author

Leave A Reply