Mardi, 12 nov. 2019 - 14 of Heshvan, 5780

Rapporteur de l’ONU sur la liberté ou la religion: l’antisémitisme est toxique pour la démocratie et doit être combattu    

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

  “La violence, la discrimination et les manifestations d’hostilité motivées par l’antisémitisme constituent un obstacle sérieux à la jouissance du droit à la liberté de religion ou de conviction”

GENÈVE—L’antisémitisme est toxique pour la démocratie et constitue une menace pour toutes les sociétés s’il n’est pas combattu, a averti le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de religion ou de conviction, Ahmed Shaheed.

“Il n’y a pas d’exemple plus graphique que l’Holocauste de la manière dont la haine religieuse et raciale peut conduire au génocide et à la destruction des sociétés”, a-t-il déclaré dans un rapport à l’Assemblée générale des Nations unies la semaine dernière.

‘’Je suis alarmé par l’utilisation croissante des discours antisémites par les suprémacistes blancs, y compris les néo-nazis, et les membres de groupes islamistes radicaux, dans des slogans, des images, des stéréotypes et des théories du complot pour inciter et justifier l’hostilité, la discrimination et la violence à l’encontre des Juifs. Je suis également préoccupé par les expressions d’antisémitisme de plus en plus nombreuses émanant de sources de la gauche politique et par les pratiques discriminatoires de l’État à l’égard des Juifs’’.

Shaheed a exprimé de sérieuses inquiétudes concernant la fréquence accrue d’incidents antisémites et la prévalence du discours de haine antisémite en ligne.

“La violence, la discrimination et les manifestations d’hostilité motivées par l’antisémitisme constituent un obstacle sérieux à la jouissance du droit à la liberté de religion ou de conviction”, a-t-il déclaré.

“Les attaques contre les synagogues, la profanation de cimetières ou les restrictions imposées au port de symboles religieux et la pratique de rites religieux constituent des violations du droit à la liberté de religion ou de conviction des Juifs”, a-t-il ajouté.

Il a déclaré qu’il était absolument nécessaire d’investir dans l’éducation et la formation à tous les niveaux pour identifier diverses manifestations d’antisémitisme et d’autres formes de haine.

Shaheed a exhorté les États, la société civile, les médias et l’ONU à agir pour lutter contre l’antisémitisme dans le cadre plus large des droits de l’homme.

“Les citoyens de toutes les sociétés doivent être dotés de la pensée critique, de l’empathie et de la connaissance des droits de l’homme pour résister aux idéologies extrémistes, y compris la propagande antisémite”, a-t-il déclaré.

“Les États ont le devoir de prendre toutes les mesures appropriées et d’interdire légalement l’incitation à la discrimination, à l’hostilité ou à la violence fondée sur la religion ou la conviction, y compris à l’encontre des Juifs.”

Shahed, ancien ministre des Affaires étrangères des Maldives nommé rapporteur spécial sur la liberté de religion ou de conviction par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies en 2016, recommande également l’utilisation de la définition de travail adoptée par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA) comme outil éducatif non juridique.

‘’Les acteurs de la société civile peuvent également jouer un rôle vital dans la lutte contre l’antisémitisme en établissant des réseaux interconfessionnels destinés à faire progresser la cohésion sociale’’, a-t-il déclaré.

‘Nous devonsd collectivement rejeter l’antisémitisme et les autres formes de haine et créer des sociétés inclusives qui défendent les droits de l’homme et la sécurité pour tous’’, a-t-il conclu.

Share.

About Author

Leave A Reply