Mercredi, 5 oct. 2022 - 10 of Tishri, 5783

‘L’argent des contribuables européens ne doit pas servir à financer des activités antisémites et des incitations à la haine’, déclare le Commissaire européen Várhelyi

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

“Je suis très heureux d’annoncer que les fonds de l’UE pour 2021 peuvent être décaissés rapidement. Toutes les difficultés ont disparu, nous avons clairement indiqué que le décaissement aura lieu”, a déclaré la présidente de la Commission europenne, Ursula von der Leyen, à l’issue d’une rencontre avec le Premier ministre de l’Autorité palestinienne à Ramallah.

Le commissaire hongrois Oliver Várhelyi avait bloqué le financement l’année dernière, estimant qu’il devait être subordonné à la modification du contenu des manuels scolaires palestiniens, qui sont antisémites et incitent à la haine.

 

Alors que le Commissaire européen chargé de la politique de voisinage, Oliver Várhelyi, déclarait mardi lors d’une conférence à Bruxelles que l’argent des contribuables européens ne devait pas être utilisé pour financer des activités antisémites et l’incitation à la haine, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, annonçait le même jour que les fonds européens destinés à la Palestine seraient débloqués après que des “difficultés” aient été surmontées.

“En tant qu’Equipe Europe, nous sommes le principal donateur en Palestine, avec environ 600 millions d’euros par an”, a déclaré Mme von der Leyen lors d’une conférence de presse à l’issue d’une rencontre avec le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Mohammad Shtayyeh, à Ramallah.

“Je suis très heureux d’annoncer que les fonds de l’UE pour 2021 peuvent être décaissés rapidement. Toutes les difficultés ont disparu, nous avons clairement indiqué que le décaissement aura lieu”, a-t-elle déclaré.

L’UE a donné son feu vert au financement de l’Autorité palestinienne lundi, alors que Mme von der Leyen arrivait pour une visite de deux jours au Moyen-Orient.

”Il est important d’avoir ce financement de l’UE pour soutenir la population, en particulier les plus vulnérables. Il permet également de créer les conditions propices aux opportunités économiques”, a-t-elle ajouté.

Vingt-six des 27 États membres de l’UE ont soutenu une proposition visant à supprimer la conditionnalité du financement de l’Autorité palestinienne. Seule la Hongrie s’y est opposée.

Le commissaire hongrois Oliver Várhelyi a bloqué le financement l’année dernière, estimant qu’il devait être subordonné à la modification du contenu des manuels scolaires palestiniens, qui sont antisémites et incitent à la haine.

En mai, le Parlement européen a condamné l’Autorité palestinienne pour la troisième année consécutive pour avoir abusé des fonds de l’UE utilisés pour rédiger et enseigner de nouveaux manuels scolaires violents et haineux, “pires que les éditions précédentes”.

Lors d’une conférence organisée mardi par l’Association juive européenne au Parlement européen à Bruxelles, Várhelyi a souligné que ”c’est notre crédibilité de combattre toute forme d’antisémitisme, donc d’incitation à la haine, à la violence et à la terreur”.

”Ce qui commence par l’incitation à la haine et à la violence devient la terreur. Et empêche la coexistence”, a-t-il ajouté, sans mentionner spécifiquement les manuels scolaires palestiniens.

‘’L’incitation empoisonne non seulement l’esprit des enfants, mais cimente aussi chez beaucoup l’idée qu’il n’y a aucune perspective de paix et de solution au conflit”, a déclaré le commissaire européen.

L’UE ne peut être un acteur crédible ni en Europe ni au Moyen-Orient et au-delà si nous ne respectons pas ces engagements fondamentaux”, a-t-il déclaré.

Il a ajouté : “Malheureusement, l’antisémitisme est en hausse en Europe et dans le monde. Ce qui est encore plus troublant, c’est que même les engagements fondamentaux de l’UE pour cette lutte semblent s’affaiblir, voire disparaître. On n’aurait jamais pu prévoir que la lutte contre l’antisémitisme serait négociable en Europe. Ou pire encore, qu’elle soit accaparée par d’autres considérations lorsque certaines décisions sont prises. Se dresser contre l’antisémitisme ne devrait jamais devenir une question de majorités.”

”Pour moi, il ne peut y avoir aucun compromis et aucun rabais sur ces principes fondamentaux. Cela doit être non négociable.”

”Vous pouvez compter sur mon dévouement personnel et mon engagement ferme pour respecter ces principes. Nous travaillons dur pour traduire cet engagement en actions concrètes sur le terrain, pour avoir un impact et obtenir de vrais résultats”, a conclu M. Várhelyi.

La ministre israélienne de l’immigration et de l’absorption, Pnina Tamano Shata, qui s’est exprimée lors de la conférence, a également abordé le défi de la montée de l’antisémitisme et de la terreur. ‘’L’Union européenne a la responsabilité de prendre toutes les mesures nécessaires pour contrer toutes les formes d’antisémitisme, qu’elles viennent de l’extrême droite ou de l’extrême gauche, où elles sont souvent déguisées en antisionisme’’, a-t-elle dit.

Originaire d’Ethiopie, le ministre a souligné le rôle joué par Israël pour aider les réfugiés d’Ukraine à se sentir chez eux.

“L’État d’Israël, depuis sa fondation, a toujours été une nation d’immigrants et de réfugiés. L’État d’Israël a été créé en tant qu’État du peuple juif, dont beaucoup sont arrivés en tant que réfugiés au siècle dernier, après la guerre mondiale, et dont beaucoup ont survécu à l’Holocauste. En fait, ce sont ces immigrants et réfugiés qui ont construit l’État”, a-t-elle déclaré.

Le rabbin Menachem Margolin, président de l’Association juive européenne, organisateur de la conférence, a noté qu'”Israël n’est pas seulement devenu une patrie et un refuge pour le peuple juif, mais il est aussi devenu un lieu de sécurité et de refuge pour des personnes du monde entier.”

Il a appelé les dirigeants européens à ne pas perpétuer le statut de réfugié, ni en Europe, ni au Moyen-Orient, ni nulle part ailleurs dans le monde. ‘’Les réfugiés ont besoin de recevoir une assistance mais aussi et surtout des outils et des encouragements pour se prendre en charge, poursuivre leur vie et contribuer d’eux-mêmes au profit d’autres personnes qui en ont besoin”, a déclaré M. Margolin

Le député européen Antonio López-Istúriz White, président de la délégation du Parlement européen pour les relations avec Israël, a noté qu’après les accords d’Abraham, qui ont conduit à la normalisation des relations entre Israël et plusieurs pays arabes, “l’UE et Israël pourraient entrer dans la meilleure relation à ce jour.” “Nous sommes unis par nos valeurs et dans notre lutte commune contre le terrorisme”, a-t-il déclaré.

Share.

About Author

Leave A Reply