Mercredi, 28 sept. 2022 - 3 of Tishri, 5783

Le Département d’État américain s’apprête à accorder un visa au président iranien pour son discours à l’ONU, malgré les complots d’assassinat

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Un porte-parole du département d’État déclare à JNS que les États-Unis sont tenus par leur accord avec les Nations unies de délivrer des visas aux États membres, malgré les récentes menaces proférées par le régime à l’encontre des dirigeants américains.

Par Mike Wagenheim, JNS

Sous pression pour refuser un visa d’entrée au président iranien, le département d’État américain affirme qu’il doit respecter ses engagements envers les Nations unies en vertu de son accord en tant que pays hôte.

Le 2 août, sept sénateurs républicains ont envoyé une lettre au président américain Joe Biden pour lui demander de refuser de délivrer un visa au président iranien Ebrahim Raisi et à sa délégation pour qu’ils puissent assister à l’Assemblée générale des Nations unies en septembre. M. Raisi doit prendre la parole lors de cet événement.

Un porte-parole du département d’État a déclaré à la JNS qu’il était “généralement obligé, en vertu de l’accord de siège des Nations unies, de faciliter les déplacements” des représentants des membres de l’ONU. Le porte-parole a ajouté : “Nous prenons au sérieux nos obligations en vertu de l’Accord de siège de l’ONU. Dans le même temps, l’administration Biden n’a pas hésité et n’hésitera pas à protéger et à défendre tous les Américains contre les menaces de violence et de terrorisme.”

Le porte-parole a déclaré que les dossiers de visa sont confidentiels en vertu de la loi américaine et ne pouvaient pas être discutés.

Les sénateurs ont écrit que “l’implication de Raisi dans des meurtres de masse et la campagne du régime iranien visant à assassiner des responsables américains sur le sol américain font que permettre à Raisi et à ses sbires d’entrer dans notre pays constitue une menace inexcusable pour la sécurité nationale.”

Cette lettre est parue quelques semaines avant que le ministère de la Justice n’annonce l’inculpation d’un membre présumé du Corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran pour un projet d’assassinat de l’ancien conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, John Bolton. Divers rapports indiquent que l’ancien secrétaire d’État Mike Pompeo, l’ancien secrétaire à la défense Mark Esper et l’ancien représentant spécial du département d’État pour l’Iran Brian Hook ont également été visés par un projet d’assassinat, ainsi que des responsables actuels.

Raisi est sous le coup de sanctions américaines depuis novembre 2019 pour “complicité dans de graves violations des droits de l’homme”, alors qu’il était chef du pouvoir judiciaire. Washington l’accuse d’avoir joué un rôle de premier plan dans des exécutions de masse en 1988 alors qu’il était procureur en chef du tribunal révolutionnaire de Téhéran.

M. Raisi est devenu président en juin 2021. Il a manqué l’Assemblée générale de l’année dernière en raison de la pandémie de COVID-19. Une vidéo préenregistrée de son discours a été diffusée à la place lors de la réunion.

L’ancienne ambassadrice des États-Unis auprès des Nations unies, Nikki Haley, a également appelé l’administration Biden à refuser les visas.

“Le principal État parrainant la terreur dans le monde a tenté d’assassiner des responsables américains à l’intérieur de notre pays”, a-t-elle déclaré à Fox News. “L’administration Biden ne doit en aucun cas permettre à Raisi de mettre le pied dans notre pays”.

Sous la présidence de Ronald Reagan, les États-Unis ont refusé de délivrer un visa au président de l’OLP, Yasser Arafat, pour qu’il assiste à l’Assemblée générale des Nations unies de 1998, invoquant des raisons de sécurité nationale liées au fait que M. Arafat dirigeait une organisation terroriste. L’ancien président Barack Obama a refusé une demande de visa de l’ambassadeur iranien aux Nations unies en 2014, et l’ancien président Donald Trump a rejeté un visa pour le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif en 2020.

Les critiques, cependant, disent que les préoccupations de sécurité nationale citées dans ces cas ne font pas partie de l’accord avec les Nations unies, mais plutôt de la loi américaine qui a mis l’accord en vigueur. Un accord de l’ONU permet aux États-Unis de limiter les déplacements des visiteurs en dehors de la zone entourant le siège de l’ONU à New York.

Un homme identifié comme Hadi Matar, qui aurait eu des contacts directs avec le Corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran via les médias sociaux, a poignardé Salman Rushdie à plusieurs reprises le 5 août, alors que le célèbre romancier américain d’origine indienne et britannique donnait une conférence dans l’ouest de l’État de New York. Depuis plus de 30 ans, Salman Rushdie est la cible du régime iranien qui a lancé une fatwa (“décret religieux”) en faveur de sa mort, décrétée par l’ayatollah Ruhollah Khomeini après la publication des Versets sataniques.

Share.

About Author

Leave A Reply