Samedi, 25 sept. 2021 - 19 of Tishri, 5782

Le Premier ministre israélien Bennett s’envole pour Washington: ‘J’apporte avec moi de Jérusalem un nouvel esprit de coopération’

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett est parti mardi pour sa première visite diplomatique à Washington, à l’invitation du président américain Joe Biden.

À son départ, il a fait les remarques suivantes aux médias : ”Je pars maintenant pour Washington pour rencontrer le président américain Joe Biden, un vieil et véritable ami de l’État d’Israël.”

”Mercredi, j’ai l’intention de rencontrer également de hauts responsables de l’administration, notamment le secrétaire d’État et le secrétaire à la Défense.”

Il a ajouté : ”Il y a une nouvelle administration aux États-Unis et un nouveau gouvernement en Israël, et j’apporte avec moi de Jérusalem un nouvel esprit de coopération, qui repose sur le lien spécial et de longue date entre les deux pays.”

”Nous aborderons de nombreux fronts, notamment le front iranien, et en particulier le saut dans le programme nucléaire iranien au cours des deux ou trois dernières années. En particulier, nous discuterons du plan visant à bloquer ce programme”, a-t-il déclaré.

Il a ajouté : ”Nous allons également traiter de plusieurs actions visant à renforcer la supériorité militaire israélienne. A côté de cela, nous aborderons aussi les domaines de la haute technologie, de l’économie, de l’innovation, de la crise climatique qui nous préoccupe tous et – bien sûr – de la lutte contre le coronavirus.”

La rencontre Biden-Bennett s’appuiera sur les discussions récentes entre les hauts fonctionnaires des deux pays.

La visite de M. Bennett intervient à un moment difficile sur le plan politique et stratégique. À la tête d’un gouvernement de coalition comprenant de nombreux partis de gauche et de droite, M. Bennett dispose d’une majorité parlementaire très mince, qui peine à maîtriser la variante Delta du COVID.

La position stratégique d’Israël a été renforcée par les accords d’Abraham, signés il y a un an, qui ont conduit à un réchauffement des relations avec le Bahreïn, les EAU et le Maroc.

Cependant, le gouvernement est également confronté à une situation complexe en matière de sécurité : des roquettes ont été tirées par des factions palestiniennes et par le Hezbollah dans le sud du Liban. L’Iran a intensifié ses agressions en haute mer, avec récemment une attaque par drone contre un navire appartenant à un magnat israélien du transport maritime. La frontière de Gaza s’échauffe, avec de violentes manifestations ce week-end et un soldat israélien grièvement blessé par des tirs du Hamas. Le Liban, confronté à une grave crise sociale et économique, attend un pétrolier iranien qui transporterait du carburant mais aussi des armes potentiellement sophistiquées pour le Hezbollah.

M. Biden est lui aussi soumis à une pression intérieure à la suite du retrait américain d’Afghanistan et de la prise de contrôle rapide du pays par les talibans.

Le président américain a toujours été un fervent partisan d’Israël. Il se vante d’avoir rencontré tous les Premiers ministres depuis Golda Meir et en 2014, il a décrit le soutien à un Israël sûr et démocratique comme “répondant à une obligation morale” et une “nécessité stratégique”.

Le président a également rejeté les politiques de l’aile progressiste du parti démocrate qui a appelé à conditionner l’aide militaire américaine à Israël.

Mais Israël est de plus en plus devenu une question intérieure clivante, les démocrates étant en colère contre l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahou pour ce qu’ils considèrent comme un manque de respect envers l’ancien président Barack Obama, ainsi que pour son rapprochement avec l’ancien président Donald Trump.

Malgré les références à droite de Bennett, son gouvernement conçoit consciemment une politique envers l’Amérique qui contraste avec l’approche parfois partisane et conflictuelle de Netanyahou. Le Premier ministre vient à Washington en cherchant à restaurer le soutien bipartisan et en espérant que les désaccords politiques restent privés et “entre amis”.

Au-delà de l’accueil chaleureux attendu, les dirigeants se concentreront sur des questions cruciales de politique étrangère. Le porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré que le tête-à-tête porterait sur “les questions cruciales liées à la sécurité régionale et mondiale, y compris l’Iran” et “les efforts pour faire progresser la paix, la sécurité et la prospérité pour les Israéliens et les Palestiniens et l’importance d’œuvrer à un avenir plus pacifique et plus sûr pour la région”.

Alors que Bennett cherchera probablement à placer l’Iran au premier plan, Biden aura du mal à soulever la question palestinienne et la nécessité de maintenir ouverte la fenêtre pour une solution à deux États.

 

Share.

About Author

Leave A Reply