Samedi, 25 sept. 2021 - 19 of Tishri, 5782

Pression concernant le consulat palestinien et les divergences sur l’Iran lors de la rencontre Bennett-Biden

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Par Israel Kasnett, JNS

Le 26 août, le Premier ministre israélien Naftali Bennett foulera le tapis rouge de la Maison Blanche, où il rencontrera le président américain Joe Biden. L’une des principales questions dont les deux dirigeants ont l’intention de discuter est, sans surprise, l’Iran. Une autre question majeure est l’établissement d’un consulat palestinien à Jérusalem. Et c’est là que réside le problème.

Dore Gold, président du Jerusalem Center for Public Affairs et ancien directeur général du ministère israélien des affaires étrangères, a déclaré au JNS que les États-Unis “subissent un revers de politique étrangère presque traumatisant en Afghanistan, avec des implications pour l’ensemble du Moyen-Orient. Ce n’est pas le moment d’expérimenter de nouvelles idées dans le processus de paix”.

“Le principal effet du retrait afghan n’est pas qu’il ait eu lieu, mais plutôt la façon dont les États-Unis l’ont géré”, a-t-il ajouté. “De nombreux alliés américains, du Royaume-Uni à l’Extrême-Orient, se posent de sérieuses questions sur la façon dont les États-Unis gèrent leur politique étrangère.”

Alors que les responsables de la Maison Blanche peuvent comprendre que faire avancer le processus de paix maintenant serait contre-productif, M. Gold a noté qu'”il y a toujours une industrie artisanale de soi-disant experts qui ont des propositions qu’ils veulent que leurs patrons fassent avancer quand un premier ministre israélien vient en ville.”

Nombre de ces “soi-disant experts” ont démontré par le passé leur obsession de créer un État palestinien à tout prix, même si cela représente un danger pour Israël. Actuellement, une question qui est passée au premier plan est la possibilité que les États-Unis rouvrent leur consulat auprès des Palestiniens à Jérusalem. Le consulat des États-Unis auprès des Palestiniens a été fusionné avec l’ambassade des États-Unis lorsqu’elle a déménagé à Jérusalem en 2019 et fonctionne désormais sous le nom d’unité des affaires palestiniennes.

Gold s’est demandé pourquoi les États-Unis établiraient un consulat palestinien à Jérusalem sur la rue Agron, qui est sous souveraineté israélienne depuis 1949.

“Les consulats et les ambassades sont établis sur le sol souverain du pays qui est représenté, donc cette démarche délicate pourrait avoir des implications sur le maintien de l’unité de Jérusalem”, a-t-il déclaré.

D’après M. Gold, une telle décision pose en partie le problème suivant : elle envoie également un signal à d’autres pays qui pourraient y voir un feu vert pour établir leurs propres ambassades dans ce qu’ils perçoivent comme une partie palestinienne de Jérusalem.

“Il s’agit peut-être d’un ballon d’essai”, a déclaré M. Gold. “C’est peut-être quelque chose que certains experts du Moyen-Orient à Washington peuvent vouloir faire avancer, mais cela a d’énormes implications pour l’avenir et c’est quelque chose à laquelle Israël devra résister avec toute sa force diplomatique.”

Gold a également noté que l’électorat de Bennett aurait un “problème très sérieux” avec une telle proposition.

“L’unité de Jérusalem est un principe tellement fondamental”, a-t-il dit. “C’est une question de consensus”.

‘La majorité de la population en Israël s’oppose à cette décision’.

Nir Barkat, membre de la Knesset du parti Likoud et ancien maire de Jérusalem, a critiqué le gouvernement pour son intention “d’autoriser l’établissement d’un consulat américain pour les Palestiniens à Jérusalem, établissant ainsi Jérusalem comme capitale palestinienne sans négociations.”

En ouvrant un consulat palestinien à Jérusalem, il est clair que l’intention de l’Amérique “est d’établir des faits sur le terrain” et “de promouvoir l’établissement de la Palestine avec Jérusalem comme capitale”, a déclaré Barkat dans une déclaration à JNS.

“C’est un objectif qu’Israël ne peut accepter”, a-t-il ajouté. “Il n’y a aucune autre capitale dans le monde où les Américains ont ouvert deux ambassades. Après tout, il y a une ambassade américaine à Jérusalem, et elle peut fournir des services consulaires à toute personne qui en a besoin.”

Barkat a poursuivi : “La majorité des gens en Israël s’opposent à cette décision. Le gouvernement israélien doit dire d’une voix claire à nos amis de l’administration Biden que, avec tout le respect qui lui est dû, Jérusalem est la capitale unie d’Israël et que nous ne permettrons pas l’établissement d’une ambassade qui fera de Jérusalem la capitale de la Palestine. L’administration Biden devrait respecter l’opinion publique en Israël, qui, pour la plupart, s’oppose à ce déménagement.”

Le professeur Eytan Gilboa de l’Université Bar-Ilan, expert de la politique américaine au Moyen-Orient, a déclaré à JNS, que Biden “ne va pas se lancer dans une nouvelle initiative avec les Palestiniens”, mais le président veut ouvrir un consulat américain à Jérusalem pour les Palestiniens et fait pression sur Israël pour qu’il s’exécute.

“Les États-Unis ont besoin de la permission israélienne pour le faire”, a-t-il expliqué. “Biden exerce une forte pression sur Bennett pour qu’il accepte et il sera extrêmement difficile pour Bennett de le faire”.

“Une façon de s’en sortir”, a suggéré Gilboa, “est d’établir la représentation diplomatique la plus basse possible. … Bennett pourrait accepter cela, à condition qu’elle soit complètement sous le contrôle et la supervision de l’ambassade.”

 

Share.

About Author

Leave A Reply