Samedi, 28 janv. 2023 - 6 of Shevat, 5783

Défi pour le nouveau gouvernement israélien : reconnaîtra-t-il la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le Maroc conditionnerait l’ouverture d’une ambassade à Tel Aviv à la reconnaissance formelle par Israël de sa souveraineté sur le Sahara occidental, selon un rapport du site d’information américain Axios.

Le Maroc fait pression sur Israël pour qu’il reconnaisse formellement le Sahara Occidental comme faisant partie du territoire marocain en échange de l’ouverture d’une ambassade en Israël, selon le site d’information américain Axios.

Le Maroc conditionnerait l’ouverture d’une ambassade à Tel Aviv à la reconnaissance formelle par Israël de sa souveraineté sur le Sahara occidental, selon un rapport du site d’information américain Axios.

Des responsables israéliens directement impliqués dans le dossier ont déclaré au site que le Maroc a soulevé à plusieurs reprises la question lors de réunions avec des responsables israéliens au cours des derniers mois. Jusqu’à présent, le gouvernement israélien a décidé de ne pas s’engager sur cette question, ont déclaré les responsables israéliens.

Lors d’une visite au Maroc en juin, Ayelet Shaked, alors ministre de l’intérieur, a déclaré aux médias marocains qu’Israël reconnaissait la souveraineté marocaine sur le Sahara Occidental. Mais le ministère israélien des affaires étrangères a rapidement minimisé les remarques de Shaked, affirmant que “le plan d’autonomie du Maroc pour le Sahara est un développement positif.”

Plusieurs semaines plus tard, le ministre de la justice de l’époque, Gideon Sa’ar, s’est également rendu au Maroc et a fait une déclaration selon laquelle le Sahara occidental faisait partie du Maroc, avant que le ministère des affaires étrangères n’intervienne à nouveau, prenant ses distances avec cette déclaration et réitérant une position plus nuancée, selon le rapport d’Axios.

Le Maroc a coupé ses liens avec Israël en 2000 après le début de la deuxième intifada, mais a normalisé ses liens en 2020 dans le sillage des Accords d’Abraham négociés par les États-Unis. Après la reconnaissance par l’administration Trump de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, Rabat a normalisé ses relations diplomatiques avec Israël et a ouvert un bureau de liaison diplomatique à Tel Aviv. En janvier 2021, le roi du Maroc Mohammed VI a assuré le Premier ministre Benjamin Netanyahu qu’il s’engageait à ouvrir une ambassade dans le cadre de la prochaine phase du processus de paix.

Le ministre marocain des affaires étrangères, Nasser Bourita, devait effectuer une visite officielle en Israël en septembre dernier à l’occasion du deuxième anniversaire de la signature des accords d’Abraham ? mais cela n’a pas eu lieu.

Depuis que l’Espagne s’est retirée du territoire en 1975, le Maroc revendique le Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole dotée de riches ressources en phosphate et de pêcheries offshore. Mais le Front Polisario, un groupe soutenu par l’Algérie voisine, a pris les armes pour réclamer l’indépendance du territoire.

Jusqu’à présent, le gouvernement israélien a décidé de ne pas s’engager sur cette question, ont déclaré les responsables israéliens.

Selon l’Institut des études de sécurité nationale (INSS), l’un des principaux groupes de réflexion israéliens, la question du Sahara ”est un autre sujet que le gouvernement israélien pourrait utiliser pour approfondir les relations avec le Maroc, en faisant valoir que le royaume a souligné l’importance du soutien de ses partenaires”.

L’institut a déclaré que cette question pourrait ”ralentir les relations” si Israël n’avance pas, expliquant qu’il s’agit ”d’une question clé dans les relations étrangères du Maroc et où il attend un soutien clair de ses alliés, y compris Israël”.

”Israël doit reconnaître officiellement la souveraineté du Maroc au Sahara Occidental. C’est une étape nécessaire, après que de nombreux pays dans le monde, y compris les États-Unis, l’aient fait. Les dirigeants marocains s’y attendent également”, ont écrit dans Israel Hayom Meir Ben-Shabbat et David Aaronson, respectivement chef du conseil de sécurité nationale d’Israël entre 2017 et 2021 et directeur adjoint pour Israël à l’Institut pour la paix des accords d’Abraham.

44En ce qui concerne Israël, en plus de cette étape contribuant à la promotion des liens avec le Maroc, elle affaiblira également le Front Polisario, soutenu par l’Iran et le Hezbollah”, ont-ils écrit.

Selon les médias marocains, depuis son arrivée à la tête du nouveau gouvernement israélien, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a exprimé à plusieurs reprises son désir de renforcer les liens avec le Maroc, la Jordanie, les Emirats arabes unis, le Bahreïn et le Soudan.

Les médias ont noté qu’officieusement le Maroc n’a pas félicité Benjamin Netanyahu pour sa réélection.

Sommet des signataires des Accords d’Abraham au Maroc en mars

Un sommet des signataires des Accords d’Abraham – les Etats-Unis, Israël, les Emirats Arabes Unis, Bahreïn, le Maroc et le Soudan – devrait avoir lieu en mars au Maroc. Les directeurs généraux des ministères des affaires étrangères de ces pays devraient se réunir à Abu Dhabi la semaine prochaine.

En mars dernier, Israël a accueilli le “Sommet du Néguev” auquel ont participé les ministres des affaires étrangères des EAU, du Bahreïn, du Maroc et de l’Égypte, ainsi que le secrétaire d’État américain Antony Blinken.

 

Share.

About Author

Leave A Reply