Samedi, 28 janv. 2023 - 6 of Shevat, 5783

La Maison Blanche organise une table ronde sur la montée de l’antisémitisme

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Cette table ronde fait suite à une recrudescence du harcèlement et des agressions physiques anti-juifs. Selon les données publiées par l’Anti-Defamation League, l’année 2021 a connu le plus grand nombre de rapports documentés de harcèlement et de violence à l’égard des Juifs depuis 1979, date à laquelle l’ADL a commencé à suivre ces cas.

La rhétorique antisémite est devenue de plus en plus volatile ces derniers mois – notamment avec le rappeur Ye, anciennement connu sous le nom de Kanye West, qui a fait une série de commentaires attaquant les Juifs et faisant l’éloge d’Hitler.

Un groupe bipartisan de 126 sénateurs et représentants du Congrès a envoyé une lettre à l’administration Biden recommandant le développement d’une stratégie nationale unifiée pour combattre l’antisémitisme ainsi que la création d’un groupe de travail interagences.

La Maison Blanche accueille mercredi une table ronde avec des dirigeants d’organisations juives pour discuter de l’antisémitisme croissant.

La table ronde est dirigée par Doug Emhoff, époux de la Vice-Présidente Kamala Harris, qui est juif, et rejointe par Susan Rice, directrice du Conseil de politique intérieure, Deborah Lipstadt, envoyée spéciale des États-Unis pour surveiller et combattre l’antisémitisme, et Keisha Lance Bottoms, conseillère principale du président pour l’engagement public.

“Je souffre en ce moment”, a tweeté Emhoff vendredi, dans une remarque sans rapport avec l’événement. “Perpétuer des mensonges, comme la négation de l’Holocauste, et faire l’éloge de meurtriers fascistes, est dangereux et attise les flammes de l’antisémitisme et de la haine. Nous avons tous l’obligation de condamner ces actes ignobles. Nous ne devons pas rester silencieux”.

La discussion accueillera des dirigeants de 13 organisations juives, dont l’Anti-Defamation League (ADL), l’American Jewish Committee (AJC) et Jewish on Campus. “La table ronde comprendra des dirigeants d’organisations juives luttant contre l’antisémitisme qui représentent le large éventail de la communauté juive, des étudiants aux personnes âgées, et incluant les confessions réformée, conservatrice et orthodoxe”, a déclaré Karine Jean-Pierre, porte-parole de la Maison Blanche.

La table ronde fait suite à une recrudescence du harcèlement et des attaques physiques anti-juifs. Selon les données publiées par l’Anti-Defamation League, 2021 a connu le plus grand nombre de rapports documentés de harcèlement et de violence à l’égard des Juifs depuis 1979, année où l’ADL a commencé à recenser ces cas.

La rhétorique antisémite est devenue de plus en plus volatile ces derniers mois – notamment avec le rappeur Ye, anciennement connu sous le nom de Kanye West, qui a fait une série de commentaires attaquant les Juifs et faisant l’éloge d’Hitler.

Le président Biden ne devrait pas assister à la réunion, mais il s’est récemment prononcé contre l’antisémitisme en réponse aux diatribes médiatiques antisémites de Kanye West après son dîner à Mar-a-Lago avec l’ancien président Donald Trump. “L’Holocauste a eu lieu. Hitler était une figure démoniaque. Et au lieu de lui donner une tribune, nos dirigeants politiques devraient dénoncer et rejeter l’antisémitisme partout où il se cache”, a écrit Biden.

Un groupe bipartisan de 126 sénateurs et représentants du Congrès a envoyé une lettre à l’administration Biden mardi, recommandant le développement d’une stratégie nationale unifiée pour combattre l’antisémitisme ainsi que la création d’un groupe de travail interagences.

“La lutte contre une menace croissante de cette ampleur, en particulier ici chez nous, exige une approche stratégique et pangouvernementale”, indique la lettre. “La coordination interagences pourrait également bénéficier de la prise en compte d’une définition de l’antisémitisme largement comprise, comme plusieurs agences l’ont adoptée ou reconnue individuellement. Étant donné que de nombreuses agences individuelles jouent un rôle essentiel dans la lutte contre l’antisémitisme, une coordination plus étroite est nécessaire pour partager les meilleures pratiques, les données et les renseignements, identifier les lacunes dans les efforts, rationaliser les activités et les rôles qui se chevauchent et mettre en œuvre une stratégie nationale unifiée. La collaboration stratégique de ces entités enverrait également un message clé au peuple américain et à la communauté internationale, à savoir que les Etats-Unis sont engagés dans la lutte contre l’antisémitisme au plus haut niveau.”

La lettre a été rédigée par les co-présidents des groupes de travail bipartites du Sénat et de la Chambre des représentants pour la lutte contre l’antisémitisme : Les sénateurs Jacky Rosen (D-NV) et James Lankford (R-OK) et les Reps. Kathy Manning (D-NC) et Chris Smith (R-NJ).

La lettre cite l’augmentation alarmante de la violence antisémite comme preuve de la nécessité d’une telle action, y compris les statistiques du FBI qui montrent que les crimes de haine antisémite représentent 60% de tous les incidents de ce type basés sur la religion.

Share.

About Author

Leave A Reply