Jeudi, 19 mai 2022 - 18 of Iyyar, 5782

“Quand nous combattons l’antisémitisme, nous pouvons combattre toute forme de haine dans le monde”.

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

“Le nombre d’actes antisémites en 2021 a augmenté en France par rapport à 2020. Notamment en croissance en matière de violence.  Il y a une montée des extrêmes en France, en Europe et dans le reste du monde. C’est très inquiétant car cet antisémitisme vient à la fois de l’extrême droite et de l’extrême gauche – mais aussi de l’islamisme”, a déclaré le dirigeant juif français Joël Mergui,

Une nouvelle enquête révèle que 68% des Juifs français ont déjà été insultés en raison de leur religion et que 20% d’entre eux ont été victimes d’agressions physiques. Un phénomène qui prend racine à l’école.

En France, 55% des parents juifs déconseillent à leurs enfants de porter un signe distinctif de peur qu’ils soient la cible d’une agression physique ou verbale.

‘’Quand nous combattons l’antisémitisme, nous pouvons combattre toute forme de haine dans le monde”, a déclaré Joël Mergui, président du Consistoire israélite de Paris et du Centre européen du judaïsme, lors d’un colloque organisé la semaine dernière à Kiev, en Ukraine, à la veille de la Journée internationale de commémoration de l’Holocauste.

‘’Je demandé la nomination d’une personne responsable de la lutte contre l’antisémitisme dans chaque pays d’Europe’’, a-t-il ajouté.

Ses remarques lors d’un rassemblement de parlementaires de toute l’Europe organisé dans la capitale ukrainienne par l’Association juive européenne (EJA) interviennent alors qu’une nouvelle enquête révèle l’étendue de l’antisémitisme en France, où vit la plus grande communauté juive d’Europe.

“Le nombre d’actes antisémites en 2021 a augmenté en France par rapport à 2020. Notamment une augmentation de la violence.  Il y a une montée des extrêmes en France, en Europe et dans le reste du monde. C’est très inquiétant car cet antisémitisme vient à la fois de l’extrême droite et de l’extrême gauche – mais aussi de l’islamisme”, a déclaré M. Mergui.

L’enquête réalisée par l’Ifop révèle que 68% des Français juifs ont déjà été insultés en raison de leur religion et que 20% d’entre eux ont été victimes d’agressions physiques. Un phénomène qui prend racine à l’école.

En France, 55% des parents juifs déconseillent à leurs enfants de porter un signe distinctif de peur qu’ils soient la cible d’une agression physique ou verbale.

L’enquête de la Fondation pour l’innovation politique et de l’American Jewish Committee révèle le poids des préjugés.

“Les stéréotypes négatifs à l’égard des Juifs sont toujours aussi présents” en France, écrivent les auteurs de la nouvelle Radiographie de l’antisémitisme.”

”Jeux de mots, insultes, agressions verbales et physiques, l’année 2021 a été marquée par la multiplication des incidents antisémites”, indique l’enquête. 74% des Français juifs déclarent ”avoir déjà subi des comportements antisémites, de la moquerie à l’agression physique, en passant par les insultes ou les menaces verbales.”

Deux tiers des Français interrogés estiment que l’antisémitisme est répandu (64%) et en augmentation. La plupart des Français de confession ou de culture juive (73%) estiment que l’antisémitisme est de plus en plus répandu au cours des dix dernières années. Ce sondage révèle également que 30% des personnes interrogées sont d’accord avec l’idée que “les Juifs sont plus riches que la moyenne des Français”.

D’autres clichés persistent : “Les juifs ont trop de pouvoir dans le domaine de l’économie et de la finance” résonne chez 26% des personnes interrogées. 24% des personnes interrogées trouvent que “les juifs ont trop de pouvoir dans les médias”. Ces chiffres sont stables par rapport à l’enquête réalisée en 2016.

53% des répondants ont déjà été insultés

Les pensées sur les juifs restent ancrées, et les blagues de mauvais goût sont toujours présentes. Deux tiers des Français interrogés (68%) ont déjà été témoins de “moqueries désobligeantes ou de remarques vexatoires”. “Ces ‘moqueries désobligeantes’ ne peuvent être mises sur le même plan que des actes violents, mais leur ampleur témoigne de la permanence au sein de la société française de vieux préjugés antisémites, préjugés auxquels les Juifs sont fréquemment confrontés”, indique l’étude.

Les Juifs ne sont pas seulement victimes de plaisanteries, les actes antisémites persistent. 53% des personnes interrogées disent avoir reçu des insultes (48% en 2019), “des menaces d’agression (24% en 2021, pour 22% en 2019), des vols et dégradations (22% en 2021 et 2019) et des agressions physiques (20% en 2021, 23% en 2019)”, selon l’enquête.

Les réseaux sociaux sont devenus l’un des espaces où la parole antisémite est la plus libérée selon l’enquête : “28% des Français juifs disent avoir déjà été menacés sur les réseaux sociaux, une proportion qui atteint même 46% pour les moins de 25 ans.” De plus en plus de jeunes se disent victimes d’antisémitisme. En 2019, 53% des 18-24 affirmaient avoir été insultés au moins une fois, ils sont désormais 63%. Les réseaux sociaux sont souvent cités, mais l’école est devenue “le premier lieu d’exposition à la violence antisémite.”

60% des victimes déclarent avoir été agressées à l’école, dont 42% à plusieurs reprises. “Les familles juives l’ont compris et demandent souvent à leurs enfants de ne pas porter de signes reconnaissables de leur judéité, voire d’éviter de révéler le fait qu’ils sont juifs. C’est pourquoi ces familles envoient de plus en plus leurs enfants dans des écoles confessionnelles, catholiques ou juives”, indique l’enquête.

L’enquête indique également que près de la moitié des Juifs français (46%) ont déjà envisagé de quitter la France, soit six points de moins que dans l’étude de 2019. Ce qui change, ce sont les raisons du départ. 13 % des répondants souhaitent quitter la France en raison de craintes pour leur avenir, contre 21 % en 2019. En revanche, les raisons culturelles ou religieuses ont augmenté en trois ans, passant de 6% à 12%.

Dans leurs conclusions, les chercheurs notent “qu’entre un quart et un tiers de nos concitoyens partagent ces préjugés antisémites”. Cette nouvelle radiographie de l’antisémitisme confirme la persistance de l’antisémitisme au cœur de la société française.”

Joel Mergui a demandé la nomination d’une personne responsable de la lutte contre l’antisémitisme dans chaque pays d’Europe. “Malheureusement souvent les pays nomment une personne responsable de toutes les haines. “Chaque haine doit être traitée différemment et l’antisémitisme doit être traité spécifiquement”, a-t-il déclaré.

Si ces statistiques sont une raison de pessimisme, Mergui a déclaré que ”notre responsabilité aujourd’hui est que le judaïsme continue à vivre.”

”Il y a aussi une raison d’être optimiste car aujourd’hui il y a l’Etat d’Israël. La moitié de la population juive vit sur sa terre d’origine et une autre moitié vivant dans le monde où ils retournent dans les synagogues, retrouvent les traditions, revendiquent leur identité. Continuons à porter fièrement la kippa et à faire vivre le judaïsme”, a-t-il ajouté.

Share.

About Author

Leave A Reply