Mardi, 29 nov. 2022 - 5 of Kislev, 5783

Vice-président du Parlement européen : ‘Classer Israël dans la catégorie des États d’apartheid est tout simplement antisémite’

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

“Catégoriser Israël comme un État d’apartheid est tout simplement antisémite”, a déclaré l’eurodéputé Nicola Beer, vice-président du Parlement européen et envoyé spécial pour la lutte contre la discrimination religieuse, y compris l’antisémitisme.

“A mon avis, une telle caractérisation va à l’encontre des progrès réalisés dans la région en ce qui concerne le processus de paix, au contraire, elle creuse les fossés et alimente l’antisémitisme dans le monde entier”, a-t-elle ajouté lors d’une conférence organisée conjointement par le Combat Antisemitism Movement (CAM), NGO Monitor et l’organisation sioniste mondiale.

Intitulée “Trivialiser l’histoire : How Anti-Israel Activists Have Hijacked the South African ‘Apartheid’ Label to Attack the Jewish State”, la conférence a réuni des leaders mondiaux, des diplomates, des législateurs et des décideurs politiques qui ont discuté de ce qui doit être fait pour restaurer le terme “apartheid” dans son contexte sud-africain et délégitimer son utilisation dans le discours sur un conflit pour lequel il n’a aucune pertinence, diffamant et isolant Israël en le dépeignant comme une entité raciste.

La conférence a été organisée en réponse à la montée mondiale de l’antisémitisme.

La campagne “Apartheid” remet en question le droit d’Israël à exister en tant qu’État juif et démocratique en présentant Israël comme un État intrinsèquement raciste.

Au cours des 18 derniers mois, Human Rights Watch et Amnesty International ont publié des rapports accusant Israël d’apartheid, et l’ONU a créé deux organes où la revendication de l’apartheid sera mise en avant. Ces tentatives déforment l’histoire de ce qui s’est passé pendant le système passé de ségrégation raciale institutionnalisée en Afrique du Sud. L’utilisation abusive continue de la conversation sur l’apartheid banalise les souffrances endurées par les véritables victimes du régime oppressif de l’apartheid.

“La souffrance des Sud-Africains sous l’apartheid était unique et les tentatives d’appliquer la même étiquette à Israël banalisent cette histoire et sont inacceptables”, a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères de la République tchèque, Jiří Kozák. “Nous considérons cela comme de l’antisémitisme ouvert. En affirmant qu’Israël est une entreprise raciste, on viole la définition de travail de l’antisémitisme de l’IHRA. Les revendications d’apartheid ne consistent pas à remettre en question une politique particulière, mais à contester la nature de l’État juif.”

“Quel que soit le crime le plus grand et le plus impardonnable du monde à un moment donné de l’histoire, les Juifs en seront accusés”, a déclaré la membre de la Chambre des Lords, la baronne Ruth Deech. “Ceux qui accusent Israël d’apartheid sont eux-mêmes racistes dans la mesure où leur véritable mission est de nier la légitimité du seul État juif au monde et où, s’ils parvenaient à leurs fins, ils renverraient les Juifs à la dispersion, au massacre et à la discrimination.”

“Les tentatives de lier le système passé de ségrégation raciale institutionnalisée de l’Afrique du Sud à la complexité nuancée des relations israélo-palestiniennes contemporaines avilissent l’histoire et banalisent la souffrance unique des victimes de l’Apartheid”, a déclaré Henry Cuellar, membre du Congrès américain. “Nous devons reconnaître les effets dangereux des injures falsifiées”.

“De nombreux prisonniers politiques de l’époque de l’apartheid auraient aimé vivre en tant que Palestinien en Israël”, a déclaré Niclas Herbst, membre du Parlement européen et vice-président de la commission budgétaire.

“Appliquer l’étiquette de l’apartheid ne sert à rien d’autre qu’à délégitimer l’État israélien, à diaboliser le peuple juif et, finalement, à provoquer la destruction d’Israël”, a déclaré l’ancien ministre de la Justice et de l’Égalité et ministre de la Défense de la République d’Irlande, Alan Shatter.

Parallèlement à la conférence, le CAM a publié une pétition publique invitant les gens à signer un engagement visant à “exhorter les décideurs aux niveaux international, national et local à rejeter et à condamner vocalement la diffamation de l’apartheid d’Israël”.

NGO Monitor a publié un certain nombre de rapports démystifiant les affirmations d’Amnesty International et d’autres ONG.

“Le prochain défi est de combattre la calomnie de l’apartheid, et nous le ferons avec une stratégie soigneusement orchestrée et une diffusion de la vérité et des faits, et c’est ce que nous faisons. La campagne antisémite d’apartheid sera vaincue, car elle est fondée sur le mensonge et la haine”, a déclaré Elan Carr, membre du conseil consultatif du CAM et ancien envoyé spécial des États-Unis pour surveiller et combattre l’antisémitisme.

 

Share.

About Author

Leave A Reply